Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer
loading...

 
Ophtalmologie
Tumeurs conjonctivales
Cours d'Ophtalmologie
 
 
 

Introduction :

La conjonctive est une membrane muqueuse qui couvre la surface antérieure de l’oeil jusqu’au limbe et couvre la surface interne des paupières jusqu’à sa jonction avec l’épiderme palpébral au niveau du bord libre palpébral.

L’épithélium est de type non stratifié kératinisé de surface, des cellules sont formées au niveau de la couche basale et migrent vers la superficie où une exfoliation spontanée survient.

De nouvelles cellules sont générées au limbe et au niveau du bord libre palpébral d’où elles migrent vers le fornix des deux côtés.

Entre les cellules épithéliales, des cellules isolées de type mucipare sont présentes en nombre variable.

Les mélanocytes sont normalement présents au niveau de la couche basale.

Leur nombre et leur contenu en mélanine sont variables.

Le stroma conjonctival dans la région épibulbaire est composé de tissu conjonctif lâche avec des lymphatiques de drainage à fines parois et de petits vaisseaux sanguins.

La conjonctive du tarse est adhérente au stroma connectif des paupières.

L’épithélium du fornix est de type colonnaire avec un stroma lâche sous-jacent.

En général, de rares cellules inflammatoires, lymphocytes, éosinophiles, granulocytes et plasmocytes sont présentes.

Les tumeurs bénignes de la conjonctive sont divisées en hamartomes et choristomes.

Les hamartomes sont formés d’une quantité anormale de tissu qui peut être normalement présent sur ce site. Dans les choristomes, il existe une quantité de tissu qui ne doit pas être présent sur ce site.

Les hamartomes comprennent les pigmentations conjonctivales, le nævus d’Ota, le melanosis oculi, les nævi conjonctivaux, les hémangiomes capillaires et caverneux, les lymphangiomes.

Les choristomes comprennent les kystes dermoïdes, les tumeurs dermoïdes, le dermolipome/lipodermoïde, les ectopies de la glande lacrymale, les ectopies des glandes sébacées, les ectopies des glandes sudoripares, de cartilage, les tératomes (choristome complexe), auxquels s’apparentent le nævus sébacé de Jadassohn et le syndrome de Goldenhar (dysplasie oculo-auriculo-vertébrale).

Kystes conjonctivaux :

A - KYSTES PAR INCLUSION CONJONCTIVALE :

L’épithélium conjonctival se trouve enchâssé dans une petite plaie par un traumatisme, un corps étranger ou la chirurgie et le kyste s’agrandit par production de liquide et de mucus par les cellules mucipares et par desquamation de cellules épithéliales.

Au fur et à mesure de l’extension, l’épithélium s’affine aboutissant à ce que les cellules non kératinisantes, épithéliales et mucipares, deviennent difficiles à reconnaître.

Lorsqu’un kyste est localisé sur un canal de drainage de la glande lacrymale, il est le plus souvent situé dans la région temporale du cul-de-sac supérieur.

Dans la paroi d’un tel kyste, une transition entre l’épithélium cuboïde du canal excrétoire et l’épithélium stratifié peut être notée.

B - KYSTES DERMOÏDES/ÉPIDERMOÏDES :