Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer








loading...

 
Psychiatrie
Troubles dépressifs
Cours de psychiatrie
 


 

Sémiologie :

La dépression est un trouble de l'humeur.

Elle n'est classée ni dans les psychoses ni dans les névroses.

Elle se traduit par une tristesse excessive.

On parle de syndrome dépressif : plusieurs symptômes.

Tout syndrome dépressif, aussi modéré soit-il, comporte un risque suicidaire.

loading...

A - L'HUMEUR DEPRESSIVE, LES IDEES SUICIDAIRES :

C'est un vécu douloureux et pessimiste de l'existence.

Le sujet voit tout en noir.

Il péjore en permanence tout événement.

S'accompagne d'une grande douleur morale.

Le sujet a tendance à se désintéresser de ses activités habituelles.

Tendance à l'auto-dépréciation : sentiment d'incapacité et de dévalorisation.

Idées suicidaires : risque de tentative de suicide.

B - LE RALENTISSEMENT PSYCHOMOTEUR :

Fatigabilité.

Asthénie : fatigue psychique.

Préexiste à l'effort.

Ralentissement psychomoteur :

• Gestes plus lents

• Parole plus lente

• Difficultés à se concentrer

• Difficultés à fixer l'attention

Baisse du rendement intellectuel.

C - LES TROUBLES DU SOMMEIL :

Troubles du sommeil à type d'insomnies :

• Insomnies d'endormissement

• Réveils nocturnes

L'insomnie de la deuxième partie de la nuit, avec réveil matinal précoce, est évocatrice de troubles mélancoliques.

Certains sujets se réfugient dans l'hypersomnie.

Mais ce n'est pas un sommeil réparateur.

Symptôme fluctuant.

Aggravation matinale des troubles : perspective de la journée.

Atténuation en cours de journée.

D - LES SYMPTOMES SOMATIQUES ASSOCIES :

En général, des douleurs

• Céphalées

• Douleurs thoraciques

• Douleurs abdominales

Doit de toute façon faire l'objet d'un examen somatique.

Troubles digestifs :

• Anorexie

• Amaigrissement

E - L'ANXIETE :

Peut aller du malaise à la crise d'angoisse.

Risque de tentative de suicide.

Différentes formes cliniques, selon l'intensité du syndrome dépressif.

Contexte étiologique :

A - LA DEPRESSION MELANCOLIQUE DANS LE CADRE D'UNE PMD :

1) RAPPEL SUR LA PMD :

Épisodes dépressifs mélancoliques auxquels s'associent des épisodes d'excitation maniaque, séparés par des intervalles libres.

Évolution cyclique par accès.

Normalement, il n'y a pas de troubles en dehors des accès.

Deux formes cliniques :

• Forme bipolaire

• Forme unipolaire : uniquement des épisodes dépressifs.

La PMD survient en général vers la trentaine.

On n'en connaît pas l'étiologie.

Notion d'antécédents familiaux ; ce qui ne veut pas dire qu'il y ait un caractère héréditaire.

2) L'ACCES MELANCOLIQUE :

La mélancolie se repère à la présentation du patient :

• Prostration

• Silence

• Immobilité

• Regard figé Douleur morale intense.

Avec une détresse et un désespoir résistant à toutes les sollicitations.

Idées délirantes :

• D'indignité

• D'auto-accusations

• D'incurabilité

Culpabilité extrême qui fait que pour une babiole, le patient est convaincu qu'il mérite la mort.

Le sujet pense qu'il a commis une faute qui mérite un châtiment exemplaire et qu'on ne peut pas le soigner.

Rien ne peut le convaincre du contraire.

Il s'agit d'un délire.

C'est la forme extrême de la dépression.

Des moments d'angoisse aggraveront le risque suicidaire.

3) LES CONDUITES SUICIDAIRES :

En général graves et imprévisibles.

Devant tout épisode mélancolique, on hospitalise le patient systématiquement.

Éventuellement en HDT (hospitalisation à la demande d'un tiers).

4) TRAITEMENT :

a) Antidépresseur :

ANAFRANIL en perfusion.

b) Association d'un traitement sédatif TERCIAN :

Dans un premier temps, les antidépresseurs, qui n’agissent qu’au bout de 15 jours environ, peuvent lever l'inhibition psychomotrice et provoquer le suicide.

Surveiller étroitement le patient.

Éventuellement, mise en chambre d'isolement.

5) L'ACCES MANIAQUE :

État d'excitation psychique, avec une exaltation de l'humeur, accompagnée d'une agitation psychomotrice.

• Euphorie

• Optimisme extrême

• Agitation

• Contact facile

• Logorrhée : débit de parole

• Coq à l'âne : succession d'idées sans association

• Fuite des idées : tachypsychie

• Jeux de mots incohérents

• Extrême distraction

• Idées délirantes de grandeur mégalomaniaques

• Insomnies rebelles qui n’entraînent pas de fatigue

• Amaigrissement du fait de l'hyperactivité physique

• Pulsions d'achats inconsidérés

• Risque d'agressivité Patients difficiles à hospitaliser.

b) Traitement :

Traitement neuroleptique sédatif, associé au lithium, sauf contre-indication.

B - LES DEPRESSIONS NEVROTIQUES ET REACTIONNELLES :

Dépression liée à un événement précis.

Tous les événements de vie peuvent déclencher une dépression réactionnelle.

Mélancolie

Dépression névrotique et réactionnelle

• Antécédents personnels et familiaux

• Évolution par accès avec intervalles libres

• Absence de facteur déclenchant

• Épisode en rupture avec l'existence antérieure

• Dépression intense

• Évolution continue dans le temps

• Éléments délirants

• Conduites suicidaires graves

• Personnalité névrotique

• Facteur déclenchant

• Épisode en continuité avec l'existence antérieure

• Dépression d'intensité modérée

• Évolution fluctuante dans le temps

• Le contact avec la réalité est préservé : pas de délire

• Possibilité de tentative de suicide d'appel à l'aide

Dans les dépressions névrotiques et réactionnelles :

a) Pas de délire :

b) Soit elle survient sur une personnalité dépressive :

Ce qui n’empêche pas la présence d'un facteur déclenchant.

c) Soit en réaction à un événement particulier :

C - LES DEPRESSIONS SYMPTOMATIQUES :

1) D'UNE AFFECTION SOMATIQUE :

Peut révéler ou aggraver une dépression :

• Tumeur cérébrale

• Sclérose en plaques

• Maladies thyroïdiennes

• Alcoolisme Surveiller d'éventuels troubles neurologiques, même atypiques.

2) D'UNE AFFECTION MEDICAMENTEUSE :

Certains médicaments sont dépressogènes :

• AVLOCARDYL (Propranolol) : bêtabloquant

• Neuroleptiques : en surdosage

3) D'UNE AFFECTION PSYCHIATRIQUE :

• Psychose schizophrénique

• Affections psychotiques

D - DEFINITION DE L’ANGOISSE :

L'angoisse est une sensation pénible, en relation avec l'attente d'un danger imminent et imprécis.

Ce sentiment d'insécurité n'est pas lié à la peur d'un objet réel.

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 13320







loading...
loading...

Copyright 2017 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix