Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer








loading...

 
Hématologie
Transfusion sanguine
Cours d'hématologie
 


 

Les différents groupes :

Le groupe sanguin concerne les globules rouges et le sérum du malade.

• Les globules rouges portent ses antigènes

• Le sérum contient ses anticorps

Le préfixe “anti” n'a pas de sens pour les antigènes.

loading...

Il s'agit en fait d’un gène, qui détermine le groupe sanguin.

Les agglutinines sont des anticorps qui provoquent l'agglutination des globules rouges en présence de l'antigène correspondant.

Le flacon de sang prélevé sur le patient est centrifugé, de façon à obtenir une décantation : séparation du sérum et des globules rouges.

Le sang de chaque individu contient donc des antigènes sur les globules rouges et, dans le sérum, les anticorps correspondants aux antigènes qu’il ne possède pas.

Certains individus n’ont pas d’antigènes A ou B.

Il en ont zéro.

Par déformation, on les dit du groupe O.

Antigènes

Anticorps

A

B

B

A

AB

Pas d'anticorps

O

AB

Ces anticorps sont des anticorps naturels.

Deux méthodes de détermination :

• Quand on travaille sur les globules du patient : méthode BETH-VINCENT

• Quand on travaille sur le sérum du patient : méthode SIMONIN

A - METHODE BETH-VINCENT :

On travaille donc sur les globules du patient.

On les met en présence de sérums contenant les divers antigènes de laboratoire.

Quand il y a agglutination, le patient a le groupe correspondant à l’antigène utilisé.

S'il réagit aux deux anticorps, le patient a le groupe AB.

S'il ne réagit à aucun des deux, le patient est du groupe O.

B - METHODE SIMONIN :

On prend le sérum du malade et on le met en présence de globules rouges de groupe déterminé.

Quand il y a agglutination, le patient n'est pas du groupe correspondant aux globules rouges mis en présence de son sérum.

Le système rhésus :

Le système Rhésus correspond, d'un point de vue génétique, au groupe sanguin.

Il correspond aux antigènes naturels.

Par contre, les anticorps sont fabriqués par certains individus au niveau du Rhésus.

Les Rhésus § ont l'antigène D.

Les Rhésus * n'ont pas d'antigène D.

Il existe aussi dans le Rhésus, des antigènes C et E.

En général, et en petite quantité, le mélange de Rhésus ne pose pas de problème.

Mais à long terme, ou en grande quantité, la transfusion d'un Rhésus contraire va provoquer une défense immunitaire.

Le patient va fabriquer des anticorps antigène D.

On ne pourra plus le transfuser, quel que soit le groupe, avec un Rhésus §.

Même phénomène que pour les mères Rhésus *.

Il existe d'autres systèmes sanguins complémentaires.

Un patient peut également s'immuniser dans les autres systèmes.

Notion de RAI § ou * : recherche d'agglutinines irrégulières.

On la pratique systématiquement en cas de transfusion. Il existe de nombreux systèmes.

Entre autres : Kell et Lewis.

En cas de RAI §, figure sur la carte la présence d'anti-Kell : transfusion en Kell *.

Le patient doit absolument être transfusé en Kell *, c'est-à-dire son groupe d'origine.

Contrôle prétransfusionnel ou contrôle utile :

On utilise la méthode Beth-Vincent.

Double test avec le sang du malade et celui du flacon.

On dispose d’une carte portant des cases préétablies et 2 flacons de sérum anti A et anti B.

Les cases du volet de gauche servent seulement à déposer le sang.

En cas de problème, on clampe la perfusion et on appelle le médecin.

De manière générale, tous les malades sont transfusés en isogroupe : groupe et Rhésus.

Dans un petit nombre de cas d'urgence (manque de sang négatif), on transfuse dans un autre Rhésus.

Mais il n'en est pas question dans le système ABO.

Dans un seul cas, on transfuse en non-isogroupe :

Le groupe O n'a pas d'antigènes ; il est considéré comme donneur universel.

On peut le transfuser à des patients A ou B.

Mais le centre de transfusion doit vérifier si le donneur est bien universel.

Tous les groupes O ne le sont pas.

• Donneur universel : absence d'anticorps hémolysine

• Non universel : présence d'hémolysine.

Ne peut pas donner aux groupes A et B

L'hémolysine est un anticorps fluctuant.

Il est donc nécessaire de tester chaque flacon.

La surveillance du malade transfuse :

A - CONDUITE A TENIR APRES UNE TRANSFUSION :

À priori, il ne doit rien se passer.

1) RASSURER LE PATIENT :

Toute transfusion entraîne aujourd'hui un syndrome d'angoisse.

Il est primordial de rassurer le malade :

• L'informer sur la cause de la transfusion

• Aller le voir régulièrement

• Prendre les constantes 2 ou 3 fois au cours de la transfusion

2) REGLES ESSENTIELLES :

a) Contrôle des urines :

Demander au patient s'il a envie d'uriner et contrôler ses urines.

Hématurie en cas d'accident (sang dans les urines).

Contrôle pendant 12 heures après la perfusion.

b) NFS :

12 heures après la transfusion pour vérifier son efficacité.

c) Garder les poches pendant 12 à 24 heures :

B - LES ACCIDENTS TRANSFUSIONNELS :

1) INCOMPATIBILITE DU SYSTEME ABO :

La fréquence de ces accidents a diminué depuis que le contrôle prétransfusionnel est devenu systématique, et surtout parce que la plupart des services en ont compris l'importance.

Rester vigilant.

2) INCOMPATIBILITE DANS LES AUTRES SYSTEMES ERYTHROCYTAIRES :

Duffy, Kell, Lewis, Rhésus.

Ces anticorps irréguliers sont mis en évidence par la recherche d'anticorps irréguliers (RAI).

Lorsque la RAI est positive, le résultat est porté sur le dossier.

Toujours vérifier que les indications du dossier correspondent bien à celles portées sur le flacon.

3) CONDUITE A TENIR DEVANT CES 2 ACCIDENTS :

a) Premier temps :

• Arrêt immédiat de la transfusion

• Garder la veine (état de choc à craindre)

• Appeler l'interne responsable du malade et de la transfusion

• Prendre les constantes

• Vérifier les urines

• Appliquer la thérapeutique prescrite par le médecin

b) Deuxième temps :

• Prévenir le centre de transfusion : un médecin viendra voir l'interne

• Prélever un groupe sanguin

Retourner au centre de transfusion :

• Les tubes prélevés

• Le dossier transfusionnel

• Le ou les flacons en cause

C - FRISSONS, HYPERTHERMIE :

1) ACCIDENTS DE TYPE ALLERGIQUE :

Liés à la présence d'anticorps IGA.

Ceux-ci se caractérisent par l'apparition d'un prurit au niveau du cou, des aisselles et du thorax.

Parfois, apparition de phlyctènes et hyperthermie.

2) IMMUNISATION DANS LE SYSTEME ANTIGENIQUE LEUCOPLAQUETTAIRE :

Le malade va souffrir d'une hyperthermie importante.

Un état de choc est à craindre.

Des frissons très caractéristiques vont apparaître, pouvant devenir insupportables pour le malade.

3) CONDUITE A TENIR DEVANT CES 2 ACCIDENTS :

a) Premier temps :

• Arrêt de la transfusion

• Garder la veine (état de choc à craindre)

• Appeler l'interne responsable du malade

• Appliquer la thérapeutique prescrite par le médecin

b) Deuxième temps :

Quand l'état du malade est redevenu satisfaisant :

• Prélever un tube sec pour recherche anti leucoplaquettaire

• Prévenir le CDTS afin de déterminer une conduite à tenir pour la prochaine transfusion

4) MESURES PRISES PAR LE CDTS DANS CES 2 CAS :

a) Allergie :

Lavage des globules rouges.

b) Immunité leucoplaquettaire :

Filtrage du sang pour éliminer les leucocytes.

Nécessité de prévoir à l'avance la transfusion de ces patients.

D - LA TRANSFUSION EN SANG IRRADIE :

Technique coûteuse, aujourd’hui automatisée.

Ne peut se faire qu'avec du sang filtré : déleucocyté.

L'irradiation a pour but l'élimination fonctionnelle des lymphocytes qui risquent d'induire, chez des receveurs immunodéprimés, une réaction de type "greffon contre hôte".

La prescription de dérivés irradiés intéresse uniquement les affections qui comportent un déficit sévère de l'immunité cellulaire.

La traçabilité des culots sanguins :

Le centre de transfusion n'est responsable du suivi des culots que jusqu'à l'arrivée dans le service.

C'est le service hospitalier qui est responsable du suivi des culots après la mise à disposition.

Il est tenu d'informer le centre de transfusion de l'usage qui a été fait du culot.

En cas de défaillance : intervention du Comité d'hémovigilance de l'hôpital.

Celui-ci a été créé pour veiller à la sécurité transfusionnelle.

Il existe également une sérothèque qui conserve des échantillons du sérum de chaque malade lors d'une première transfusion.

Elle conserve la preuve de non contamination du sérum témoin.

Tout patient doit être convoqué pour un prélèvement de contrôle par le service dans lequel il a été transfusé quatre mois après toute transfusion.

La transfusion autologue :

Moyen le plus sûr de ne pas contaminer le patient.

Mais :

• Risque de surinfection si le patient est déjà contaminé

• Nécessité que l'état du patient le permette

• Impossibilité de prévoir les urgences par définition

• Possible seulement pour les petits volumes Possibles en particulier :

• En orthopédie : interventions programmées

• Pour les femmes enceintes : suspicion de césarienne

• Certaines chirurgies cardiaques

• Certaines interventions ORL.

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 25146







loading...
loading...

Copyright 2017 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix