Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer

 
Divers
Système immunitaire
Cours Divers Hématologie
 
 
 

Définition :

Système complexe, très développé, de défense dont les réponses ont pour fonction essentielle de détruire et d’éliminer tout organisme envahissant et toute molécule toxiques qui peut être porté par cet organisme envahissant (toxine).

Les acteurs du système immunitaire :

A- LES NOTIONS D’ANTIGÈNE, D’ANTICORPS ET DE COMPLÉMENT :

1 – Les antigènes :

a) Définition :

Substance naturelle ou synthétique qui soit capable d’induire une réponse immunitaire lorsque ces substances sont introduites dans l’organisme ou de stimuler la fonction d’anticorps spécifiques.

b) Exemples d’antigènes :

Bactéries, virus, champignons, parasites,

Antigènes non microbiens : pollen, polluants & sanguines incompatibles & greffées ou organes greffés.

2) Les anticorps :

a) Définition :

Protéines qui sont produites par l’organisme en réponse à la présence d’un antigène qui est capable de se combiner de façon spécifique à l’antigène.

Anticorps anti A pourra se lier à l’antigène A.

b) caractéristiques :

- Bivalents ;

- Font partie d’un groupe de protéine ; les immuno-globulines 5 IG :

- les IgD joue rôle des stimulations des cellules protectrices des anticorps ;

- les IgA fournissent une protection localisée à surface des muqueuses ;

- les IgM efficaces car les microbes en provoquant leur agglutination et leur lyse ;

- les IgE chez les personnes ayant un trouble allergique, joue le rôle des réactions allergiques ;

- les IgG favorise la phagocytose (absorber une autre) et neutralise les toxine et protège le nouveau-né et le fœtus.

3) Le complément :

a) Définition :

Substance antimicrobienne qui est présente en permanence dans le sang, il complète certaines réactions immunitaires et allergiques dans lesquelles interviennent les anticorps.

Deux facteurs du sérum saint nécessaire dans le phénomène de lyse microbienne.

Anticorps spécifiques apparaissent pendant immunisation et complètement présent tout le tps dans le sang.

b) les facteurs biologiques :

Ils sont représenté par la flore microbienne présente à la surface de la peau.

Objectif : s’oppose à l’implantation d’une flore pathogène.

4) Réactions inflammatoires :

a) Définition :

Mécanisme local (plaise à la main) fait suite à un lésion localisée d’un tégument et qui consiste en un enchaînement de réactions aboutissant finalement à la destruction des éléments étrangers. but : réparer les tissus endommagés (cicatrisation).

b) Symptôme :

RDCG, perte de fonction

c) Les éléments en présence :

Les vaisseaux sanguins, l’exsudation (liquide résultant d’un processus inflammatoire, contient des déchets des cellules lésées et intercellulaire).

Les éléments figurés du sang : globules blancs, plaquettes, etc…

Tissus épithéliaux est conjonctif.

Les facteurs influençant la réaction inflammatoire :

- âge (augmentation de l’âge, diminution de cette réaction).

Nutrition :

Influence beaucoup le processus inflammatoire. (plus l’apport en nourriture est diminué, plus la réaction est difficile.

Les étapes de la réaction inflammatoire.

- vasodilatation (rougeur) qui permet d’augmenter l’apport sanguin pour acheminer les cellules phagocytaires (globules blancs).

L’augmentation de la chaleur et du gonflement.

L’augmentation de la perméabilité des vaisseaux (permettre le passage des substances protectrices pour aller s’étendre autour de la lésion pour la protéger, la défendre et la réparer).

Permet aussi d’évacuer les produits toxiques et les cellules mortes.

- migration des phagocytes.

Granulocytes, macrophages apparaissent au niveau de la lésion moins d’une heure après le début du processus inflammatoires.

La margination, les cellules phagocytaires se mettent en marge pour border les vaisseaux.

Ces globules blancs (polynucléaires) traversent la paroi des vaisseaux (diapédèse : progresse plaire la lésion).

Ceci dépend d’un phénomène (chimiotactisme = attraction des poly neutrophiles par certains agents chimiques : endotoxines, complexe antigènes-anticorps).

- La phagocytose :

Granulocytes (phagocytine) efficaces contre les virus, les champignons, et certaines bactéries.

Les monocytes ont une capacité phagocytaire plus importante que les granulocytes.

- libération des nutriments :

Permet la nourriture des cellules protectrices.

- formation de fibrine, le fibrinogène permet la formation du caillot.

Arrive beaucoup car augmentation de la perméabilité vasculaire. (stopper le saignement).

- formation de pue (pyogénie).

Il contient des leucocytes vivants ou morts et des déchets provenant des tissus morts.

- la réparation tissulaire (étape finale), production de collagène.

d) Le rôle du complément d’agent :

Il intervient pour détruire les microbes sans l’intervention de la phagocytose

5) La fièvre :

Elle inhibe la croissance microbienne et elle accélère les réactions de l’organisme qui favorisent la guérison.

6) Les rôles de l’interleukine et de l’interféron :

L’interleukine contribue au phénomène de la fièvre et de la réparation tissulaire.

Elle est sécrétée par les macrophages et elle déclenche la prolifération des lymphocytes T et des lymphocytes B.

L’interféron inhibe la réplication virale dans les cellules hautes, il est sécrétée par les lymphocytes et les macrophages en réponse à une infection par un virus.

Il est impliqué dans l’activation des lymphocytes T.

B) LES RÉPONSES IMMUNITAIRES SPÉCIFIQUES :

1) Définition :

Elles mettent en jeu les lymphocytes et dépendes pour se développer d’une exposition préalable à la substance étrangère et de sa reconnaissance lors d’un contact ultérieur.

Ces réponses immunitaires spécifiques se manifeste par des mécanismes qui mettent en jeu des facteurs humoraux et cellulaires.

2) L’activation :

la reconnaissance de l’antigène :

Ce sont les macrophages qui reconnaissent l’antigène (aussi appelé CPA, cellules présentatrices de l’antigène).

Cette reconnaissance est à l’origine d’une réaction de défense spécifiquement dirigée contre l’antigène.

Les macrophages transforment et présentent les antigènes au lymphocytes T et lymphocytes B.

Cette transformation s’effectue lorsque les macrophages phagocytent les antigènes.

L’antigène qui est partiellement digéré est exposé à la surface du macrophages et est mis en présence des lymphocytes T et des lymphocytes B.

Au cours de cette transformation reconnaissance, les macrophages sécrètent les interleukines 1 qui entraîne la de prolifération des lymphocytes T et B.

Qui s’activent et favorisent à leur tour la participation des macrophages à la destruction des antigènes.

3) La réponse immunitaire cellulaire est le fait des lymphocytes T :

Cette réponse est adaptée à l’élimination de virus ou de bactéries à développement intracellulaire, inaccessible aux anticorps.

L’activation et la prolifération des lymphocytes T.

Quand l’antigène pénètre dans l’organisme, seul le lymphocyte T sensibilisé est activé (conçu pour cet antigène).

L’activation se déclenche quand les macrophages phagocytent l’antigène et le mettent en présence du lymphocyte T.

Ces lymphocytes sensibilisés augmentent de volume, se différencient, se divisent pour constituer plusieurs populations lymphocytaires.

4) Réponse immunitaire spécifique humorale est le fait des lymphocytes B :

Cette réponse aboutit à la production d’anticorps (les immunoglobulines) capable de se lier spécifiquement à l’antigène pour l’éliminer.

Elle est efficace contre les infections bactériennes et virales qui ne sont pas à développement intracellulaire.

C’est une destruction des antigènes par les anticorps.

L’activation et la prolifération des lymphocytes B :

Lorsqu’un antigène pénètre dans l’organisme, l’activation se déclenche quand les macrophage phagocytent l’antigène et le mettent en présence des lymphocytes B.

Eux aussi vont se dilater et se diviser.

Ils se différencient en plasmocytes et en lymphocyte B à mémoire.

La prolifération et leur différenciation est activée par l’interleukine 1 qui est sécrété par les macrophages.

Les plasmocytes vont sécréter 2000 molécules d’anticorps pour aller dans le sang, pour aller former un complexe Ac/ Ag.

L’attaque des lymphocytes B est indirecte par libération d’Ac.

Les aides à la réponse immunitaire :

- vaccination

- sérothérapie

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 8848

Copyright 2014 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix