Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer








loading...

 
Psychiatrie
Étiologie et pathogénèse de la schizophrénie
Cours de psychiatrie
 

Les causes de la schizophrénie ne sont pas encore connues.

Beaucoup de théories sont apparues pour combler ce vide.

Elles peuvent être divisées en deux grands groupes :

 

Les théories psychologiques :

Explication de la maladie à travers des facteurs purement psychologiques.

A - LES THEORIES ANALYTIQUES :

1) THEORIE ELABOREE PAR SIGMUND FREUD :

Chaque personnalité possède trois structures, trois sphères dans son psychisme.

loading...

a) Une sphère inconsciente : le “ça”

Elle contient l'énergie libidineuse de l'individu :

• Instincts

• Pulsions

• Envies

b) La deuxième sphère est celle du “moi”

Entre trois et 5 ans se forme le moi.

Elle répond au principe de la réalité.

C'est une structure déjà plus consciente.

c) Troisième structure : le “sur-moi”

Apparaît vers l'âge de 7 ans.

Structure la plus consciente.

Intériorisation des normes sociales.

Ces trois structures cohabitent dans chaque individu.

Chez un schizophrène c'est le stade œdipien qui est touché.

Son psychisme reste fixé à ce stade.

Il ne parvient pas à traverser cette phase.

Un facteur traumatisant de stress psychologique empêche l'individu d'évoluer.

La schizophrénie se déclare généralement à la fin de l’adolescence.

Pour Freud, les mécanismes d'apparition de la psychose et de la névrose sont les mêmes.

Il ne voit entre les deux qu'une différence qualitative.

Il y a conflit entre les trois structures.

Les pulsions qui naissent du ça sont inacceptables pour les deux autres structures qui contiennent les normes.

Elles sont refoulées dans l'inconscient.

Ce qui reste, ce sont les symptômes de la névrose.

Ce sont les manifestations de défense contre l'angoisse :

* L'identification projective

Le sujet projette ses envies, ses désirs sur une autre personnalité et ne fait pas la différence entre lui-même et cette autre personnalité.

Il fusionne avec l'autre personne.

* Le clivage

Il permet la coexistence de deux attitudes, de deux envies opposées.

C'est le support de la discordance, de la dissociation de la personnalité schizophrénique.

Dans la schizophrénie, le conflit est beaucoup plus grave, beaucoup plus intense.

Il se produit dans le stade œdipien.

2) DEUXIEME EXPLICATION DONNEE PLUS TARD PAR FREUD :

L'investissement libidineux.

Une personnalité normale, dans ses tentatives de communication, a un investissement libidineux vis à vis des autres, vis à vis du monde.

Le schizophrène ne parvient pas à s'investir envers les autres, à sortir cette énergie libidineuse de lui-même.

Il investit son énergie libidineuse envers lui-même.

* Attitudes autistiques

* Freud explique le délire de persécution par une homosexualité latente.

Double retournement :

• Je l'aime è je ne l'aime pas

• Je ne l'aime pas è Il ne m'aime pas

3) AUTRE THEORIE (LACAN) :

Souligne l’importance du rôle des relations avec la Mère.

Relations très conflictuelles.

Le statut d'autonomie vis à vis de la mère n'est pas acquis chez l'individu schizophrénique.

Rôle de séduction narcissique de la mère.

Processus fusionnel.

Selon Lacan, dans cette relation, le père symbolique n'existe pas.

Et avec ce père symbolique, beaucoup de choses disparaissent :

• Les normes sociales

• Les lois

• Les règles morales.

4) THEORIES FAMILIALES :

Manque de communication dans la famille.

Relations très perturbées.

Réaction de l'enfant vers la schizophrénie.

Une société malade produit des familles malades. Des familles malades produisent des individus schizophrènes :

• Stratégie de défense de l'individu contre l'angoisse.

Les théories biologiques ou organiques :

Elles expliquent la schizophrénie par des causes biologiques.

Par des phénomènes biologiques précis.

A - DIFFERENTES THEORIE :

a) Les théories génétiques :

Plus forte probabilité pour des enfants de parents schizophrènes de développer la maladie, même quand ils sont élevés par une famille adoptive non touchée.

Pour l'instant, pas de gène décelé.

b) Grossesse et accouchement :

Théorie des facteurs autour de la grossesse et de l’accouchement.

c) Théorie saisonnière :

Théorie selon laquelle les schizophrènes naîtraient plutôt l'hiver.

d) Théorie virale :

Recherche d'un virus ou rétrovirus qui provoquerait la maladie.

e) Théorie auto-immunologique :

Taux des anticorps plus élevés chez les schizophrènes.

Antigènes localisés dans le cerveau.

B - LES MECANISMES DE LA MALADIE :

Rôle important des neuromédiateurs.

Molécules qui circulent en traversant les neurones et apportent l'information au neurone suivant.

Au bout de chaque neurone se trouvent des vésicules qui contiennent des neuromédiateurs.

Ces neuromédiateurs rencontrent dans le neurone suivant des récepteurs qui transmettent l'information de cellule en cellule.

Chez les schizophrènes, il y a excès de production de dopamine : molécule neurotransmettrice.

Base biologique des délires, de l'angoisse, des hallucinations.

Origine biochimique des symptômes que l'on observe cliniquement.

La base des traitements médicamenteux est tirée de cette observation.

Les neuroleptiques sont des médicaments composés de molécules qui freinent la production de la dopamine le fonctionnement du système dopaminergique.

C - TRAITEMENT DE LA SCHIZOPHRENIE :

1) HOSPITALISATION :

Hospitalisation comme mesure d'urgence dans certains cas : HDT

• État psychotique aigu

• Crise catatonique

• Agitation avec agressivité

Cela peut également être une mesure de sécurité publique : HO

• En cas de trouble à la sécurité publique

• État suicidaire

2) PSYCHOTHERAPIE :

a) Psychanalyse :

Travailler sur le transfert

Revenir sur la phase d’Œdipe

b) Thérapie cognitive :

Le patient travaille avec le thérapeute sur ses pensées délirantes.

3) LA SOCIOTHERAPIE :

S’intéresse aux causes sociales des maladies mentales.

Rôle de l'hôpital de jour.

Clubs thérapeutiques où les malades se réunissent pour des activités communes.

Appartements thérapeutiques.

Visites à domicile.

4) LA CHIMIOTHERAPIE :

Traitements médicamenteux

Les neuroleptiques :

Molécules qui ont une activité antidopaminergique.

Découverts en 1952 par à partir de l'anesthésie.

Premier médicament : le LARGACTIL

* Divisés en trois sphères :

• Sédatifs

• Polyvalents

• Désinhibiteurs

* Il existe des formes retards

Nouveaux neuroleptiques :

• CLOZAPINE : Leponex

• RISPERIDONE

• OLANZAPINE

• SERTINDOLE

• ZIPRAZIDONE.

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 6982







loading...
loading...

Copyright 2017 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix