Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer

 
Neurologie
Rééducation fonctionnelle
Cours de Neurologie
 
La tonicité du kiné à rééduquer le patient compte beaucoup.

Deux types de pathologies :

•Paralysies périphériques

•Paralysies centrales

 

Atteintes périphériques :

Il s'agit d'un muscle déficitaire, qui ne répond pas à la stimulation, mais qui ne demande qu'à récupérer.

Testing de la force musculaire cotée de 0 à 5 :

•0 : aucune réponse

•1 : réponse du tendon mais sans déplacement

•2 : déplacement mais sans la pesanteur

•3 : déplacement avec la pesanteur

•4 : contre une résistance

•5 : contre un effort contraire

Vérification de la sensibilité :

•Superficielle

•Profonde Abolition des réflexes tendineux.

Manifestations trophiques.

Amyotrophie.

On adapte les traitements par rapport au déficit constaté.

On peut faire :

•Drainage en cas d'œdème

•Massages : élément important de la kinésithérapie

•Électrothérapie

•Cryothérapie

•Attelles

•Exercices de proprioception : déséquilibre provoqué

Les paralysies d'origine centrale :

A - SYMPTOMATOLOGIES PYRAMIDALES (AVC) :

Motricité volontaire.

a) Lésions corticales :

Hémiplégies partielles unilatérales.

b) Lésions capsulaires :

Hémiplégies globales et proportionnelles.

c) Lésions du tronc cérébral :

Hémiplégies alernes.

Le problème est le plus souvent de motricité volontaire.

Particularités selon que le déficit est droit ou gauche.

•Droit : langage

•Gauche : négligence de l'hémicorps

Faire un bilan avant de commencer toute rééducation.

Troubles associés :

•Sensibilité superficielle ou profonde

•Troubles de la conscience

•Troubles du comportement

•Troubles du langage

•Troubles du champ visuel : différent de la négligence

•Troubles des fonctions praxiques : apragmatisme spécifique à telle fonction

Ce bilan doit être fait en équipe interdisciplinaire.

Dans un premier temps, essentiellement un travail de nursing.

Le nursing est l'affaire de tout le monde.

Deuxième temps : vérification de la spasticité.

Savoir discerner spasticité et mouvement volontaire (réponse exagérée d'un muscle à un étirement).

Savoir distinguer les mouvements volontaires de la syncinésie (mouvements volontaires suite à une stimulation volontaire).

Bilan des fonctions musculaires.

Vérifier les horaires.

Consulter les dossiers.

Vérifier auprès des aides soignants les actes quotidiens.

Être attentif aux agnosies.

Faire un bilan sensitif.

Observer les troubles du comportement.

Rechercher l'autonomie maximum du patient.

En particulier pour les transferts.

La position du patient est importante.

La spasticité est augmentée par la douleur.

Important de stimuler le patient.

Éducation de la famille afin qu'elle participe à cette stimulation.

Éviter toute stimulation douloureuse.

B - SYMPTOMATOLOGIES EXTRAPYRAMIDALES (PARKINSON) :

Atteinte des noyaux gris centraux.

Inhibition du mouvement.

Adaptation de la rééducation.

Latence du temps de démarrage.

Court constamment après son centre de gravité.

Donner des conseils qui vont permettre au patient d'améliorer sa vie.

Scander la marche pour l'aider à agrandir les pas.

Équilibre précaire.

Obliger le patient à faire des choses qui lui font peur.

Donner quelque chose à tenir facilite les autres mouvements.

Beaucoup de massages pour compenser la raideur.

Nécessité d'être très stimulant vis à vis du patient.

C - SYMPTOMATOLOGIES MEDULLAIRES : PARA ET TETRAPLEGIES

Le gros problème des paraplégiques est la surveillance des escarres.

Tendre à l'hypermusculation de ce qui reste de façon à faciliter les mouvements.

Faire travailler tous les muscles sus-lésionnels.

Le massage est très important :

•Trophiques pour les parties paralysées

•Relationnels pour les parties non atteintes

Problèmes sphinctériens : éducation.

D - SYMPTOMATOLOGIES CEREBELLEUSES :

La destruction du cervelet n’entraîne pas de paralysie.

Problème d’incoordination des mouvements :

• Dysmétrie

•Hypermétrie

•Synergie

• Dyschronométrie

Problèmes d'équilibre.

On peut poser des plombs exerçant une résistance sur les mouvements.

Prise de conscience par le patient de ses possibilités.

Sécurisation au niveau de la marche.

E - SYMPTOMATOLOGIES SPASMODIQUES : SCLEROSE EN PLAQUES (SEP)

Il s'agit de s'adapter par rapport à une symptomatologie très diverse.

Conserver l'intégrité des articulations.

Prendre en compte la fatigue qui augmente les poussées.

F - TRAUMATISMES CRANIENS :

Souvent une grande raideur.

Contradiction sur le fait de les mobiliser ou non.

Éducation de la famille afin qu'elle stimule constamment les fonctions supérieures.

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 3642

Copyright 2014 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix