Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer
loading...

 
Gériatrie
Psychologie du vieillissement
Cours de gériatrie
 


 

Données fondamentales :

A - SÉNESCENCE - SENILITE :

La sénescence représente le vieillissement physiologiques normal.

La sénilité représente une rupture pathologique du vieillissement physiologique suite à des accidents qui modifient le vieillissement normal.

loading...

B - ÉVALUATION DU VIEILLISSEMENT :

Le vieillissement est un ensemble de conséquences de l'action du temps sur les êtres vivants.

Il est différent selon les espèces et, dans une même espèce, selon les individus.

Ce vieillissement est biologiquement arbitraire.

On ne peut en faire qu'une approche analytique.

C - EN MEDECINE :

Moindre résistance et moindre efficacité.

Entraîne une diminution des capacités fonctionnelles.

Plus on vieillit, plus on a de risques de développer des problèmes médicaux.

Exemple : moindre résistance aux infections.

Mais cela ne veut pas dire que le système immunitaire est affaibli.

Moindre efficacité : diminution de la résistance à l'effort (course, par exemple).

Diminution des capacités fonctionnelles : le maximum est atteint vers 20 ans.

À 80 ans, la capacité pulmonaire atteint environ 45% de ce qu'elle était à 20 ans.

La fonction rénale est également maximale à 20 ans.

La filtration glomérulaire est à 100%.

À 80 ans, on a perdu 40% de cette capacité.

La créatininémie est de 40% supérieure.

D - MANIFESTATIONS DU VIEILLISSEMENT :

a) Aspects morphologiques

Vieillissement cutané par exemple.

b) Diminution des capacités fonctionnelles

c) Accroissement de la morbidité

Le risque de développer certaines affections est plus grand.

Le risque de séquelles augmente également.

d) Augmentation du risque de mortalité

Diminution des capacités de chaque fonction.

Actuellement, la longévité moyenne dans les pays industrialisés est de :

•82 ans pour les femmes

•78 ans pour les hommes

Le risque de mortalité est essentiellement dû aux accidents cardiaques et aux cancers.

Si on les diminuait, on augmenterait actuellement la longévité de 18 ans.

E - NOTION DE VIEILLISSEMENT PHYSIOLOGIQUE :

1) VIEILLISSEMENT PRIMAIRE :

a) La durée de vie :

Elle est caractéristique de chaque espèce.

b) Augmentation de l’espérance de vie :

Possibilité potentielle de parcourir notre vie telle qu'elle est inscrite suivant notre espèce.

c) Altération des fonctions suivant l'âge :

Deux éléments :

•Au sein d'une même espèce, tous les individus vieillissent sur le même mode

•Mais chaque individu va vieillir selon sa propre évolution

Certains facteurs du mode de vie interviennent pour modifier ce vieillissement :

•Alimentation

•Activité

•Survenue de certaines affections (exemple lithiase : fonction rénale)

Pour chaque individu, les fonctions ne vieillissent pas de la même façon.

Le risque majeur de décès chez une personne âgée est l'infection pulmonaire, non pas parce que le système immunitaire est affaibli mais parce que la capacité pulmonaire est réduite.

Pareil pour la fonction rénale : une infection peut suffire à provoquer une insuffisance rénale aiguë nécessitant la dialyse avec toutes les conséquences qui s'ensuivent.

2) CARACTERISATION D'UN TROUBLE LIE AU VIEILLISSEMENT PRIMAIRE :

Quatre conditions.

Il faut que ce trouble soit :

•Délétère : défavorable

•Endogène : non provoqué par un accident

•Progressif : non brutal

•Universel : correspondant au vieillissement normal de l'espèce

F - CARACTERE BIOLOGIQUE DU VIEILLISSEMENT :

1) DIMINUTION DU NOMBRE DE CELLULES :

a) Présente au niveau de tous les organes :

Explique sans doute la plus grande survenue des cancers.

b) Entraîne une atrophie des organes :

Le cristallin commence à vieillir à partir de 12 ans.

c) Développement de tissu de remplacement :

Substitution du tissu de soutien aux autres tissus entraînant des conséquences au niveau de la circulation : tissu moins vascularisé.

2) PERTE DE PROTIDES :

Cette perte entraîne une diminution de la masse maigre qui constitue essentiellement les muscles.

3) AUGMENTATION DE LA MASSE GRASSE :

Or c'est la masse maigre qui assure les performances.

G - THEORIES DU VIEILLISSEMENT :

1) THEORIE DU VIEILLISSEMENT PROGRAMME :

Théorie selon laquelle le vieillissement est sous la dépendance d'un gène régulateur.

Gène qui déclencherait notre vieillissement.

Jamais découvert à ce jour.

Il semble cependant que notre vieillissement obéisse à une horloge biologique.

Bien sûr, viennent perturber cette progression les éventuels accidents biologiques.

L'apoptose est synonyme de mort cellulaire.

Chaque clone cellulaire a une capacité de 120 divisions.

Mais un certain nombre de facteurs vont intervenir pour diminuer le nombre et pour accélérer le rythme de ces divisions.

2) THEORIE DES RADICAUX LIBRES :

Théorie qui permet de déceler précocement la survenue des cancers en particulier.

L'accumulation d'erreurs dans la reproduction des cellules aurait une action mutagène.

Le renouvellement cellulaire se ferait de façon erronée, suite à une atteinte, tissulaire, cellulaire, moléculaire, la reproduction se fait sur la base du patrimoine génétique.

On a mis en évidence la présence de gènes qui représentaient un facteur péjoratif sur la survenue des cancers.

Une tumeur qui se développe a généralement connu 2 à 3 ans d'évolution avant de s'exprimer.

Les états démentiels :

A - PHYSIOLOGIE :

Plusieurs manifestations du vieillissement :

a) Perte des cellules neuronales :

Nous naissons avec un stock neuronal défini.

Du fait du vieillissement cellulaire, nous perdons ces cellules régulièrement dès la naissance.

b) Atrophie cérébrale :

c) Réduction pondérale :

Diminution du poids du cerveau.

Le développement d'une démence peut entraîner une perte de 40 à 50% du poids du cerveau.

d) Élargissement des sillons corticaux :

Les sillons qui représentaient un espace virtuel s'élargissent, donnant place à un espace réel.

e) Dilatation de l'espace interventriculaire :

L'espace interventriculaire sécrète le liquide céphalo-rachidien à raison de 2 ml/h.

L’élargissement de cet espace va entraîner une stagnation du LCR.

Cela va provoquer une augmentation de la pression et un phénomène de dilatation.

Visible au scanner.

B - DIFFERENTS TYPES :

1) VASCULAIRE :

Provoqué par l'hypertension artérielle.

Toute HTA doit faire l'objet d'un traitement.

2) DEGENERATIF :

Peut conduire à une démence.

La sévérité de l'état démentiel est étroitement liée au nombre des lésions et à leur siège.

Les manifestations apparaissent lorsque les lésions atteignent la partie périphérique du cortex.

•Au dessous de 5% des lésions : pas de manifestations

•Entre 5 et 7% début du risque

•Au-delà de 10%, l'état démentiel est inéluctable

a) Plaques séniles :

Altération des dendrites qui met 5 à 6 ans, voire 7, à se constituer sans qu'il y ait de manifestation.

Quand les dendrites sont atteints, le processus est inexorable.

b) Dégénérescence neuro-fibrillaire :

Atteinte de l'axone.

c) Dégénérescence granulo-vacuolaire :

Atteinte du corps cellulaire.

C - ASPECTS BIOCHIMIQUES :

Le cerveau fonctionne par la production de neuromédiateurs.

a) Dépression :

On pense par exemple que la dépression est sous la dépendance de 2 neuromédiateurs :

•La sérotonine

•La noradrénaline

b) Maladie de Parkinson :

•Dopamine

c) Maladie d'Alzheimer ou démence dégénérative :

•Acétylcholine : système cholinergique

Les symptômes sont directement liés à son taux : plus il est bas, plus les symptômes sont violents.

La modification du comportement sous forme dépressive peut cacher les prémices d'une démence.

Le dépistage rapide de l'évolution d'un problème démentiel est déterminant.

Les traitements ne peuvent agir que sur des neurones existants.

La précocité du traitement est déterminante.

Au-delà d'un an d'évolution, les choses sont généralement jouées.

Un neuromédiateur est synthétisé et détruit.

En bloquant les enzymes qui détruisent le neuromédiateur on augmente sa durée de vie et donc son action.

d) Maladie de Pick :

Maladie dégénérative démentielle.

Durée d'évolution de 5 à 6 ans.

D - CLINIQUE :

Syndrome démentiel :

•Troubles de la mémoire immédiate et récente.

Conservation de la mémoire ancienne

•Troubles de l'orientation temporo-spaciale

•Troubles du jugement : actes absurdes, perte de l'autocritique

• Troubles du langage, mais le patient n'est pas aphasique

•Troubles des fonctions praxiques et gnosiques

•Troubles des fonctions primitives : humeur, aboulie (restriction alimentaire)...

Le traitement ne peut que retarder l'évolution pendant environ 5 ans.

On envisage de nouvelles molécules qui donneront 10 ans de rémission.

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 14302

loading...
loading...

Copyright 2017 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix