Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer








loading...

 
Réanimation-Urgences
Plans d'urgences
Cours de réanimation - urgences
 


 

Le plan rouge :

A - DÉFINITION :

À l'initiative des pompiers.

Déclenché par le préfet du département concerné, sur avis des secours engagés sur le terrain.

Plan de réponse aux catastrophes :

• À effets limités

• De grande ampleur

loading...

Ne répond en fait qu'au premier type.

Destiné essentiellement à définir qui fait quoi.

Circonstances de déclenchement :

• Incendies de grande ampleur

• Catastrophes naturelles

• Accidents routiers, ferroviaires, aériens de grande ampleur

• Effondrements d'immeubles : explosions au gaz

• Accidents de travail collectifs : nucléaires et chimiques Impératifs à respecter :

• Rapidité de déclenchement

• Soustraire les victimes au milieu hostile

• Les prendre en charge

B - DIRECTION :

Deux chaînes :

• Incendie/sauvetage

• Médicale Supervisées par :

a) Directeur des opérations de secours : DOS

b) Commandant des opérations de secours : COS

Chasuble jaune fluo avec l'indication COS.

Ses responsabilités :

• Enquête sur les moyens déjà mis en œuvre

• Mise en œuvre de moyens supplémentaires

• Organisation des secteurs

• Coordination de l'action des différents services

• Centralisation des informations

• Veiller à la mise en place du PC

• S'assurer que les transmissions sont correctes Un responsable pour chaque chaîne :

c) Directeur des services d'incendie et de sauvetage : DSIS

Jaune fluo avec l'indication DSIS.

• Reconnaissance

• Recensement des victimes et de leur localisation

• Extraction des victimes

• Demande de moyens supplémentaires

Il dirige une équipe d'officiers de ramassage : chasuble rouge.

d) Directeur des secours médicaux : DSM (Médecin chef des sapeurs-pompiers)

Jaune fluo avec l'indication DSM.

• Responsable de la chaîne médicale

• Installation du poste médical avancé : PMA (bâtiment proche ou structure gonflable)

• Désignation d'un Médecin chef de PMA

e) Médecin chef de PMA

• Responsable du triage

• Dirige les équipes médicales

f) Médecin régulateur

• Responsable de l'orientation des victimes vers les différents hôpitaux et services

g) Officier d'évacuation

• Responsable d'acheminer les victimes vers les services

h) Médecins de l'avant

• Chargés d'intervenir exclusivement sur les opérations nécessaires pour l'extraction

C - LES MOYENS :

a) Brigades de Sapeurs-pompiers :

• 7 VL

• 2 PC

• 3 fourgons

• 3 PSR : premiers secours relevage

b) SAMU :

• 1 VL

• 3 unités mobiles hospitalières (UMH)

c) Protection Civile (RC) :

• 3 VSAB : véhicules de secours aux asphyxiés et brûlés

d) Croix Rouge Française (CRF) :

• 3 VSSAB

e) Direction départementale de l'équipement (DDE) :

f) Police :

D - L'ORGANISATION :

Établissement de 3 zones :

1) ZONE ROUGE :

Zone du sinistre.

Ne doivent y circuler que :

• Les officiers de ramassage : chasubles rouges

• Chasubles jaunes : directeurs

• Brassards rouges : aides au ramassage

2) ZONE BLANCHE :

C'est le PMA.

Grande noria.

Ne doivent y circuler que :

• Le médecin chef de PMA : chasuble blanche

• Brassards blancs :

Aides médicaux

Définition d'une entrée et d'une sortie.

Les victimes sont étiquetées à l'entrée.

Établissement d'une fiche portant mention de la zone de triage.

Quatre zones :

• Extrême urgence, avec une sous-zone : urgences absolues

• Urgences 1

• Urgences relatives 2

• Urgences relatives 3 : blessés légers Deux zones annexes :

• Impliqués indemnes : cellule d'urgences médico-psychologiques

• Morgue : gérée par la police

3) ZONE BLEUE :

Zone d'évacuation.

Petite noria.

Le plan blanc :

A - DÉFINITION :

À Paris : plan de l'AP-HP.

Déclenché le plus souvent en même temps que le plan rouge.

Mais il peut être déclenché seul.

Le SAMU est seul compétent pour donner l'alerte.

Mais ce n'est pas lui qui la diffuse.

Il prévient le cabinet du Directeur général des hôpitaux de Paris.

Celui-ci donne l'alerte aux hôpitaux de court séjour.

Trois niveaux d'application :

• Application globale : bloque toutes les autres opérations

• Application partielle : blocage des opérations programmées mais pas des urgences

• Application relative, le plus souvent vite levée

Circonstances de déclenchement :

• Alertes rouges

• Débordement d'un autre SAMU

B - LE SAMU :

1) ROLE :

Établissement d'une cellule de crise.

• Médecin régulateur du SAMU

• Directeur médical du SAMU

• Directeur de l'hôpital où siège le SAMU Service d'aide médicale d'urgence.

Le SAMU est le central qui gère les moyens d'intervention.

Intervient au niveau départemental.

Le SMUR est une unité d'intervention

Le SAMU prévient :

• Les médecins responsables des unités d'urgence : SMUR

• Les médecins responsables des unités d'urgence et d'anesthésie des hôpitaux

• Le directeur de l'AP-HP

2) PROCEDURE DE MISE EN ALERTE ET AJUSTEMENT :

a) Diffusion de l'alerte :

• Par alphapage

• Confirmation par télécopie

b) Plan d'alerte interne :

c) Ajustement de l'alerte :

d) Fin d'alerte :

3) ORGANISATION DES SECOURS MEDICAUX :

• Ramassage des victimes triées sur les lieux de catastrophe

• Transport des victimes

• Relations avec les hôpitaux Un plan d'accueil doit être prévu au niveau de chaque hôpital.

Il est annexé au règlement de l'hôpital.

Il doit être mis à jour annuellement.

L'hôpital met en place une cellule de crise :

• Directeur de l'hôpital

• Médecin responsable des urgences

• Directeurs adjoints

• Responsable des secteurs techniques

• Chef du service d'anesthésie réanimation

• Chef de la sécurité interne

• Directeur de la pharmacie

• Cadre supérieur infirmier

• Responsable des relations publiques

Elle gère :

• LE renforcement des effectifs : infirmiers, standard, loge, techniciens

• L'organisation des services : lits disponibles, éventuellement en libérer

• L'accueil des victimes

• La circulation dans l'hôpital

Chaque hôpital doit tenir un état des victimes reçues, de leur état et des soins qui leur sont prodigués.

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 888







loading...
loading...

Copyright 2017 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix