Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer








loading...

 
Ophtalmologie
Oblitération de la veine centrale de la rétine et de ses branches
Cours d'Ophtalmologie
 
 
 

Étiologie :

Dans la plupart des cas, il n’y a pas une étiologie d’occlusion veineuse rétinienne (OVR) mais un terrain prédisposant lié à l’âge et à l’artériosclérose.

loading...

Cependant, en absence de facteurs de risque cardiovasculaires, le bilan clinique et paraclinique devra s’attacher à rechercher une cause à l’origine des modifications circulatoires.

A - Artériosclérose et ses facteurs de risque :

L’artériosclérose est la principale cause d’occlusion veineuse rétinienne, qui survient souvent à l’occasion d’un facteur déclenchant surajouté.

Ainsi, une hypertension artérielle est retrouvée dans 60 % des cas, associée ou non aux autres facteurs de risque d’artériosclérose que sont le tabagisme, l’hyperlipidémie, l’hyperuricémie ou le diabète.

B - Glaucome chronique à angle ouvert :

Une hypertonie oculaire chronique est retrouvée dans quasiment 30 % des cas d’occlusion veineuse rétinienne.

C - Modifications circulatoires :

1- Anomalies du contenu vasculaire :

Ces anomalies sont :

– hyperviscosité sanguine (cellulaire ou plasmatique) : hyperagrégabilité érythrocytaire, hémopathies (leucémies, lymphomes…), dysglobulinémies (myélome, maladie de Waldenström…), syndrome inflammatoire ;

– troubles de l’hémostase : hyperagrégabilité plaquettaire primitive ou secondaire (prolapsus de la petite valve mitrale), déficit en inhibiteur de la coagulation (antithrombine III, protéine C, protéine S), anticoagulant circulant, résistance à la protéine C activée, trouble de la fibrinolyse.

2- Anomalies de la paroi vasculaire (vascularites occlusives) :

Ces anomalies sont :

– infectieuses : syphilis, tuberculose, VIH (virus de l’immunodéficience humaine) ;

– inflammatoires et immunologiques : collagénoses (lupus), sarcoïdose, maladie de Behçet, maladie de Crohn, sclérose en plaques, spondylarthrite ankylosante, périphlébites rétiniennes idiopathiques.

3- Anomalies du débit :

Il s’agit de :

– hypodébit : pathologie carotidienne ;

– compression rétrobulbaire : pathologie orbitaire (tumeur, fracture), maladie de Basedow;

– hyperpression veineuse : fistule carotido-caverneuse.

D - Prise médicamenteuse :

La contraception orale par oestroprogestatifs est un facteur de risque reconnu ; les diurétiques et la sulfasalazine (Salazopyrine) ont été incriminés.

Diagnostic positif :

L’occlusion veineuse rétinienne survient le plus souvent chez le sujet de 50 à 70 ans, sans prédominance de sexe, et se traduit par une sensation de baisse d’acuité visuelle centrale d’intensité variable en fonction de la topographie et du degré de sévérité de l’occlusion.

A - Occlusion du tronc de la veine centrale de la rétine :

L’obstacle veineux se situe au niveau de la lame criblée, en arrière de la papille et l’examen du fond d’oeil après dilatation pupillaire retrouve la tétrade caractéristique : dilatation et tortuosités veineuses, hémorragies rétiniennes disséminées superficielles (en flammèches) ou profondes (rondes), oedème exsudatif diffus (rétinien et papillaire) et nodules cotonneux.

Les formes cliniques sont définies en fonction des altérations capillaires, au mieux appréciées lors de l’examen angiographique à la fluorescéine, examen paraclinique indispensable.

1- Forme oedémateuse :

C’est la forme typique, la plus fréquente (60 à 80 % des cas).

• Signes fonctionnels : l’acuité visuelle est relativement conservée, le patient se plaignant principalement d’un brouillard visuel prédominant le matin.

• Signes physiques : lors de la phase aiguë, l’examen du segment antérieur est normal et la recherche d’un glaucome par prise de la tension oculaire doit être systématique.

Lors de l’examen du fond d’oeil, la dilatation et les tortuosités veineuses sont majeures, les hémorragies rétiniennes retrouvées sont de type superficiel (en flammèches) et les manifestations oedémateuses exsudatives sont au premier plan.

• Signes angiographiques : l’obstacle veineux est confirmé par le retard de remplissage veineux aux temps précoces.

Au cours de la séquence angiographique, les capillaires dilatés laissent diffuser le colorant avec constitution aux temps tardifs d’un oedème rétinien diffus qui se traduit par une hyperfluorescence.

L’oedème papillaire s’accompagne d’un oedème maculaire au niveau du pôle postérieur.

Lorsque ce dernier revêt un aspect caractéristique en logettes, on parle d’« oedème maculaire cystoïde ».

• Examens paracliniques : le relevé du champ visuel peut permettre de retrouver des scotomes centraux relatifs.

2- Forme ischémique :

Forme la moins fréquente (10 à 15 % des cas), elle est aussi la plus sévère et se caractérise par les éléments suivants.

• Signes fonctionnels : la baisse d’acuité visuelle est brutale et profonde.

• Signes physiques : si l’examen du segment antérieur est normal, l’examen du fond d’oeil retrouve des hémorragies profondes en flaques, un réseau artériel grêle et de nombreux nodules cotonneux, témoins d’une ischémie rétinienne.

• Signes angiographiques : les temps circulatoires sont augmentés aussi bien au niveau artériel qu’au niveau veineux.

L’atteinte du lit capillaire se traduit par de vastes territoires ischémiques de non-remplissage vasculaire qui restent noirs lors de la séquence angiographique.

• Examens paracliniques : les déficits relevés au champ visuel sont absolus et l’électrorétinogramme peut être altéré dans les formes graves.

3- Forme mixte :

Survenant soit d’emblée, soit comme complication d’une forme oedémateuse, elle est définie par l’examen angiographique.

Elle associe des territoires de dilatation capillaire et des territoires de non-perfusion.

B - Occlusion de la branche veineuse rétinienne :

L’occlusion se situe au niveau d’un croisement artérioveineux, la plupart du temps complication ou évolution de l’artériosclérose.

1- Caractéristiques générales :

• Signes fonctionnels : ils sont variables, la gêne visuelle pouvant passer inaperçue.

• Signes physiques : l’examen du fond d’oeil retrouve les 4 éléments caractéristiques d’occlusion veineuse rétinienne localisés dans le territoire de drainage de la branche atteinte (dilatation et tortuosités veineuses en amont du croisement artérioveineux, hémorragies, nodules cotonneux, oedème rétinien).

• Signes angiographiques : les temps précoces mettent en évidence le retard de remplissage de la veine occluse avec rétrécissement de la lumière veineuse au niveau du croisement pathologique et stase en amont du croisement.

L’angiographie à la fluorescéine retrouve une diffusion localisée au niveau du croisement artérioveineux et permet par ailleurs d’apprécier l’atteinte du lit capillaire.

2- Formes cliniques :

On les retrouve en fonction :

• du type de capillaropathie : les occlusions de branche veineuse rétinienne oedémateuses sont les plus fréquentes, l’angiographie retrouve lors de ces formes la dilatation capillaire avec phénomènes de diffusion et oedème rétinien.

Comme lors de l’occlusion de la veine centrale de la rétine, des zones de non-perfusion définissent les formes ischémiques ;

• de la topographie de la branche occluse : l’occlusion peut être hémisphérique (supérieure ou inférieure, temporale ou nasale), localisée à une branche temporale ou nasale (rare) ou atteindre une veine de 2e ou 3e ordre.

Diagnostic différentiel :

L’interrogatoire, l’examen clinique et l’examen angiographique permettront d’éliminer d’autres causes de baisse d’acuité visuelle brutale unilatérale à oeil blanc et indolore :

• occlusion de l’artère centrale de la rétine : l’acuité visuelle est réduite aux perceptions lumineuses, la pupille est en mydriase avec abolition du réflexe photomoteur direct et le fond d’oeil retrouve l’aspect caractéristique d’oedème rétinien ischémique blanchâtre avec macula rouge cerise ;

• neuropathie optique ischémique antérieure aiguë : l’examen du fond d’oeil retrouve un oedème papillaire avec quelques hémorragies superficielles chez un sujet présentant des facteurs de risque cardiovasculaires ;

• décollement de la rétine avec atteinte maculaire : l’interrogatoire recherche des phosphènes ou myodésopsies les jours précédents ;

• hémorragie du vitré, qui peut être une complication d’une occlusion veineuse rétinienne passée inaperçue ou relever d’une autre étiologie (déchirure rétinienne, rétinopathie diabétique…).

Le fond d’oeil est inéclairable. Les autres causes d’hémorragies rétiniennes disséminées sont :

• ischémie oculaire chronique : en cas de sténose carotidienne sévère, les hémorragies rétiniennes sont typiquement périphériques et c’est l’écho-doppler des vaisseaux du cou qui fera le diagnostic ;

• rétinopathie diabétique évoluée : l’atteinte est habituellement bilatérale et les temps circulatoires sont normaux lors de l’examen angiographique.

Évolution :

L’évolution d’une occlusion veineuse rétinienne est variable en fonction de la forme clinique, mais l’occlusion veineuse rétinienne est une affection dont le pronostic à long terme est globalement réservé.

Par ailleurs, il faut toujours penser au risque de bilatéralisation qui est de 10 à 15 %.

A - Occlusion du tronc de la veine centrale de la rétine :

1- Forme oedémateuse :

Le développement d’une circulation de suppléance et de voies de dérivation (anastomoses optico-ciliaires péripapillaires) permet une évolution favorable dans 30% des cas.

La normalisation de l’examen du fond d’oeil (retour du calibre veineux à la normale, diminution de l’oedème rétinien et des hémorragies) se fait progressivement en plusieurs mois.

Si l’acuité visuelle s’améliore, la récupération n’est complète que dans moins de 10% des cas.

Ainsi, dans 50 % des occlusions de la veine centrale de la rétine oedémateuses l’acuité visuelle est inférieure à 1/10e après 2 ans d’évolution.

Un oedème maculaire persiste ou s’aggrave dans 50% des cas.

Cet oedème maculaire prolongé peut être à l’origine de séquelles qui vont compromettre la récupération visuelle finale (remaniement cicatriciel de l’épithélium pigmentaire maculaire, trou maculaire lamellaire…).

La deuxième complication est représentée par la conversion en une forme ischémique (10 % des cas) avec risque de néovascularisation secondaire, justifiant une surveillance angiographique régulière.

2- Forme ischémique :

L’évolution est sévère, toujours défavorable. L’acuité visuelle d’emblée effondrée ne s’améliore pas.

Les complications graves sont liées à l’apparition d’une néovascularisation dont le risque augmente avec la taille des surfaces ischémiques.

Le développement d’une rubéose irienne peut être rapide, évoluant vers le dramatique glaucome néovasculaire (« glaucome des 100 jours ») aboutissant à la perte fonctionnelle, voire anatomique de l’oeil.

Le développement de néovaisseaux prérétiniens ou prépapillaires peut être responsable d’hémorragies intravitréennes récidivantes avec risque de décollement de rétine tractionnel.

3- Forme mixte :

Forme de gravité intermédiaire, l’évolution se fait vers le développement de néovaisseaux prérétiniens en bordure des zones ischémiques.

B - Occlusion de la branche veineuse rétinienne :

Des vaisseaux de suppléance vont se développer autour du territoire occlus.

L’évolution des formes oedémateuses est ainsi le plus souvent favorable avec une acuité visuelle supérieure ou égale à 5/10e dans plus de la moitié des cas.

L’absence de récupération peut être liée dans ces formes à la présence d’un oedème maculaire cystoïde ou partiel.

Le risque de néovascularisation prérétinienne et prépapillaire existe dans les formes ischémiques et mixtes.

Si le pronostic est meilleur qu’en cas d’occlusion de la veine centrale de la rétine, la récupération visuelle est par ailleurs liée à l’atteinte maculaire et cette récupération visuelle est souvent médiocre en cas d’occlusion de branche temporale ou en cas d’occlusion d’une veinule maculaire.

Principes du traitement :

L’occlusion veineuse rétinienne est une urgence médicale dont la prise en charge en milieu spécialisé doit être la plus rapide possible, mais l’hospitalisation n’est pas systématique.

Si le but initial du traitement est la conservation de la vision, la prise en charge doit également permettre d’éviter d’une part, l’apparition des complications et, d’autre part, la bilatéralisation.

A - Traitement du terrain :

Il consiste en :

– prise en charge des facteurs de risque de l’artériosclérose : traitement d’une hypertension artérielle, d’une hypercholestérolémie ou d’une hyperuricémie, équilibration d’un diabète, règles hygiéno-diététiques (arrêt du tabagisme, régime en cas d’obésité…) ;

– traitement d’un glaucome chronique à angle ouvert ;

– dans les cas où une cause est retrouvée (collagénose, hémopathie, prise médicamenteuse…), le traitement de celle-ci est indispensable (traitement anti-inflammatoire, arrêt d’un traitement oestroprogestatif…).

B - Occlusion veineuse rétinienne récente :

Tous les moyens thérapeutiques suivants peuvent être utilisés en respectant leurs contre-indications et les indications sont fonction du tableau clinique.

1- Traitement médical :

• Les anticoagulants : aucune étude n’a fait la preuve de l’efficacité de l’héparine ou des antivitamines K (AVK), une occlusion veineuse rétinienne pouvant même survenir sous AVK. Ils se justifient en cas d’anomalie du système de la coagulation.

• Les fibrinolytiques : la fibrinolyse par voie générale présente des risques vitaux et n’a pas d’indication lors des occlusions veineuses rétiniennes.

En revanche, les fibrinolytiques ont été utilisés « in situ », c’est-à-dire par injection directe dans l’artère ophtalmique après cathétérisme transfémoral ou en injection intravitréenne avec des résultats encourageants.

Cependant, il s’agissait de petites séries et ces résultats demandent confirmation.

• Les antiagrégeants plaquettaires : largement prescrits dans cette indication, leur efficacité n’a pas été démontrée, mais ils représentent un traitement préventif des complications ischémiques lors de l’artériosclérose.

En pratique, ils sont souvent utilisés au long cours en relais d’un traitement de quelques jours par héparine de bas poids moléculaire.

• Les correcteurs rhéologiques : l’intérêt de ces traitements repose sur la diminution de la viscosité sanguine et sur la vasodilatation (troxérutine [Veinamitol], pentoxifylline [Torental]...).

Ils peuvent être associés aux autres modalités thérapeutiques.

• Les anti-oedémateux : les corticoïdes ne sont pas indiqués dans les occlusions veineuses rétiniennes du sujet âgé, mais peuvent avoir un effet bénéfique chez le sujet jeune ou en cas d’étiologie inflammatoire. Les autres traitements (acétazolamide, collyres anti-inflammatoires non stéroïdiens) sont peu efficaces.

• Les collyres hypotonisants oculaires permettent une amélioration des conditions circulatoires rétiniennes et peuvent être prescrits même en absence de pathologie glaucomateuse.

2- Hémodilution isovolémique :

Son but est de diminuer la viscosité sanguine par diminution du taux d’hématocrite.

Elle se réalise lors d’une courte hospitalisation de 48 à 72 h et consiste en un prélèvement de 10 mg/kg de sang total (saignée) associé à une perfusion à isovolume de soluté de remplacement pour obtenir une hématocritie comprise entre 30 et 33 %.

Un effet bénéfique a été démontré sur l’acuité visuelle à long terme.

Cette hémodilution est indiquée en cas de forme oedémateuse et doit être réalisée au mieux dans la première semaine d’évolution.

3- Anastomoses choriorétiniennes :

De description récente, elles consistent en la création d’une anastomose entre la choriocapillaire et la circulation veineuse rétinienne par des impacts laser de forte puissance sur une branche veineuse inférieure.

Les risques (hémorragie, occlusion veineuse complète, néovascularisation choroïdienne) nécessitent cependant la réalisation d’autres études avant d’envisager ce traitement en pratique quotidienne.

C - Surveillance :

Elle fait partie intégrante du traitement.

L’examen ophtalmologique régulier doit rechercher des signes précoces de néovascularisation, tels qu’une rubéose irienne et un examen angiographique doit être réalisé tous les 2 mois au cours du premier semestre.

D - Prévention et traitement des complications :

1- Photocoagulation laser :

• Prévention et traitement de la néovascularisation (prérétinienne, prépapillaire, irienne) : l’efficacité de la photocoagulation laser a été démontrée dans les 2 cas, empêchant le développement ou faisant même régresser les néovaisseaux.

Il s’agit d’une destruction de tous les territoires rétiniens ischémiques par des impacts de laser confluents.

Dans les occlusions de la veine centrale de la rétine ischémiques, il faut réaliser une photocoagulation de toute la rétine des arcades vasculaires temporales à l’ora serrata (photocoagulation panrétinienne, PPR).

Si l’examen retrouve une rubéose irienne, cette photocoagulation doit être réalisée en extrême urgence.

Dans les occlusions de branche veineuse, la photocoagulation concerne le territoire occlus.

• Traitement de l’oedème maculaire chronique : une photocoagulation en « grille » peut être envisagée pour les oedèmes maculaires persistant plus de 6 mois après l’accident occlusif et entraînant une baisse d’acuité visuelle.

Il s’agit de petits impacts non confluents en quinconce appliqués sur les zones de diffusion capillaire ou tout autour de la macula.

Ce traitement est surtout efficace dans les occlusions de branche veineuse rétinienne.

2- Traitement chirurgical :

Il n’est envisagé qu’au stade des complications.

Une cryothérapie rétinienne par voie transclérale doit être réalisée si le laser est impossible (hémorragies abondantes, cataracte gênante).

Une vitrectomie avec endophotocoagulation est indiquée en cas d’hémorragie du vitré compliquant la néovascularisation prérétinienne ou dans les cas d’oedème maculaire tractionnel tardif.

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 8844







loading...
loading...

Copyright 2017 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix