Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer








loading...

 
Divers
Néphrologie
Cours Divers
 
 
 

Néphropathie glomérulaire :

Origine immunologique, peu être secondaire (diabète, amylose, lupus, vascularite) ou primitive.

loading...

Syndrome de néphropathie glomérulaire :

Protéinurie > 2g / 24h, hématurie, OMI, HTA, insuffisance rénale = pur

Si hématurie, HTA ou IR avec protéinurie > 3g / 24h, hypo protidémie < 60g, albumine < 30g / L = impur.

Diagnostic :

Histologique après biopsie rénale.

Traitement = inhibiteur de l'enzyme de conversion IEC

Néphropathie tubulo-interstitielle :

Atteinte au niveau de l’interstitium rénale :

- aigue : infiltrat cellulaire

- chronique : infiltrat + fibrose

Clinique :

Créat 3 x sup à la norme, protéinurie < 1,5g / 24h, leucocyturie +/- bactéurie, et signe d’IRC (HTA, OMI, créat augmenté…).

Examen complémentaire :

Échographie rénal, UIV

Causes :

Pyélonéphrite chronique infectieuse, obstructive ou toxique.

Néphropathie héréditaire :

- Polykystose rénale :

Présence de kyste important au niveau du rein et du foie, anomalie crânienne et polype digestif.

Représente 8 à 10% des dialysés en france.

Transmission autosomique dominante, évolution d’une génération à l’autre.

Clinique :

Douleurs lombaires dû au kyste, avec une hématurie macroscopique avec 10 à 15 % de lithiases d’acide urique associées.

Stade avancé entraînant IRC, HTA évoluant vers la dialyse.

- Syndrome d’alport :

Autosomique récessive ou lié à X provoquant 2 atteintes, néphropathie glomérulaire et surdité de perception.

Signes = hématurie, protéinurie, IR.

Avec une évolution plus grave chez les garçons.

L’insuffisance rénale aigue :

Arrêt temporaire et réversible de la filtration glomérulaire de manière brutal

Cause :

Obstructive = lithiases, tumeurs, (bilatéral entraînant des hyperpressions hydrostat)

Fonctionnelle = hypo-perfusion rénale dû à un choc (allergie, septique, hypovolémique, accident hémo, diarrhée +++ et vomissement +++).

Parenchymateuse = néphropathie aigue dû à une intoxication médicamenteuse ou une atteinte secondaire qui a évoluer.

Diagnostic sur examen :

IRAO = écho si dilatation bilatérale = intervention urgente pour néphrostomie pour drainer le rein et de faire diminuer la créatinine.

IRAP = dépend de la cause, ex si allergie = arrêt du traitement.

IRAF = possibilité de dialyse dû au choc car si hémo entraîne des variations de TA jouant sur l’efficacité du tubule proximale dont les cellules vont se nécroser.

Signes cliniques :

Urémie aigue avec diminution de la diurèse.

Biologie : urée, créatinine, protéinurie, hématurie, K augmenté, acidose.

ASP et écho rénal.

Traitement :

Cause principale, conservateur avec diminution de l’apport hydrique, sodé et potassique.

Dialyse :

Pose de KT dans veine fémorale, sous clavière ou jugulaire.

2 types de KT (simple ou double).

Principe = faire passer le sang du malade par une membrane superficielle.

Fabrication de dialysat par la machine permettant l’échange du milieu le + concentré vers le – de Na, K, Ca, cl, RA, urée et créatinine….

Séance dure 3 à 4h et se fait 1 à 2 x/ sem.

Le ionogramme est le seul moyen de vérifier le bon fonctionnement de la fonction rénale.

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 4904







loading...
loading...

Copyright 2017 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix