Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer
loading...

 
Appareil locomoteur
Infections ostéo-articulaires
Cours de l'appareil locomoteur
 


 

L’ostéomyélite aigue hématogène :

Elle frappe surtout les enfants et se développe le plus souvent près du genou.

Elle est 2 fois plus fréquente que les arthrites aigues.

C’est une infection osseuse bactérienne (staphylocoque doré).

La gravité est majeure et peut être atténuée si le diagnostic est précoce et le traitement correct.

loading...

Porte d’entrée : lésion cutané le plus souvent mais aussi angine…

La diffusion est hématogène (par le sang) et atteint :

- les régions métaphysaires (car forte irrigation sanguine de ces zones fertiles)

- articulations par la synoviale Clinique :

• Début :

- syndrome infectieux lié à la bactériémie (fièvre, frissons hémoculture, céphalées, diminution de l’état général).

- douleurs vives, localisées, pulsatiles

- examens : cherche douleur à la palpation douce recherche d’épanchement articulaire.

- biologie : VS augmenté, CRP élevé, polynucléose (hyperleucocytose), hémoculture répétées antibiogramme, orosomucoïde ++ (marqueurs infections). - radio : négative

Il y aurait thrombose ralentissement des flux sanguins séquelle 1ère : problème de croissance Répartition :

- enfant : genou, hanche, épaule

- adulte : fémur, rachis, pied

Adulte jeune : ostéomyélite rare

- favorisée par terrain de débilité, maladie chronique, drogue

- toutes les localisations sont possibles

Adulte âgé :

- après infection génito-urinaire

- insuffisances vasculaires périphériques sont une cause favorisante

- association au diabète (pied) avec atteint multi microbienne

Pour diagnostic : scintigraphie osseuse hyperfixation précoce

Radio positive que plus tard J15- J60

IRM : diagnostic précoce, remaniement des parties molles (abcès), montre très tôt présence de pus.

Traitement :

- antibiotiques adaptés

- bi-thérapie IV 6 semaines puis relais per-os pendant 6 mois ou +

Surveillance biologique, clinique et radiologique.

La guérison est obtenue avec un traitement précoce et suffisant.

• Phase d’abcès sous périosté : fièvre oscillante, asthénie, pâleur, douleurs

Signes locaux :

- œdème

- Inflammation (RDCG)

- fluctuation (abcès)

Echo montre :

- abcès

- décollement, lié au pus, du périosté

- œdème des parties molles

Radio : aspect pommelé de l’os, réaction du périosté

Ponction pus antibiogramme

Evolution non traitée :

- fistulisation avec écoulement de pus à l’extérieur, séquestres (fragment osseux mortifié et infecté) qui entretien et chronicise l’infection

- parfois morcellement des séquestres et élimination avec le pus

- ostéite chronique

- eczématisation cutané

Sans traitement évolution vers phase d’état avec séquestration et reconstruction osseuse sous périosté décollé.

Aspect très hétérogène de l’os.

Traitement chirurgical : séquestrectomie ablation séquestres, curetage de tous les tissus nécrosés et laisser que l’os sain.

Cas particulier :

Ostéomyélite vertébrale

Communication +++ avec le système.

Porte et valvulaire ce qui explique les fréquentes disséminations des infections.

Destruction complète du disque.

Guérison grâce au traitement chirurgical et antibiothérapie prolongé.

Evolution : les récidives st fréquentes avec des périodes de rétention (fièvre, abcès).

Complications :

- plusieurs localisations osseuses st possibles en même temps

- abcès à distance : cerveau, poumons

- septicémie, endocardite infectieuse…

- locale :

- pandiaphysite (diffusion à toute la diaphyse) - arthrite (dissémination germes à travers cartilage de croissance et donc destruction de l’articulation)

- cartilage de conjugaison peut être atteint (conseqences grave sur la croissance)

- ostéite chronique

Formes cliniques :

- suraiguë : douleur +++, tableau infectieux sévère

- chronique : tableau clinique + bâtard, radio montre lacune osseuse, scan et IRM montre un abcès.

Traitement : chirurgical évacuer l’abcès et faire nettoyage complet de l’ostéite (infection de l’os) avec cicatrisation dirigée et antibiothérapie.

Arthrite aiguë :

Elle atteint surtout les enfants de moins de 3 ans (genou et hanche surtout).

La contamination se fait par voie hématogène et atteint les cartilages.

La diffusion se fait rapidement aux épiphyses voisines

L’épanchement articulaire (pyo-arthrose) est susceptible de créer des compressions vasculaires et des lésions d’ischémie douleur violente.

Signes cliniques :

- douleurs boiterie ou impotence totale

- raideur de l’articulation avec douleurs lors des tentatives de mobilisation.

- épanchement articulaire surtout palpable au genou

La biologie est perturbé comme pour une ostéomyélite.

Examens :

- échographie : utile à la hanche pour dépister épanchement

- scintigraphie : hyperfixation précoce

- radio : normal au début ms peut montrer un élargissement de l’interligne articulaire sous pression de pus (à la hanche).

Les signes d’ostéite sont plus tardifs.

La ponction évacuatrice doit être faite rapidement : décomprimé articulation et diagnostic biologique antibiogramme

Prise en charge :

- ponction, évacuation, lavage

- antibiothérapie (immédiat et à bonne pénétration tissulaire osseuse)

La guérison peut être obtenue si traitement immédiat.

Le repos doit être complet.

Si pas de traitement, évolution vers fistulisation et ostéite Complications :

- destruction cartilage articulaire arthrose

- ankylose (raideur)

- boiterie liée à l’inégalité des membres

- atteinte du cartilage (peu vascularisé : fragile, cicatrise pas) de croissance d’autant plus grave que l’âge est petit et que l’atteinte est proche du genou ou loin du coude.

Séquelles d’arthrite de hanche et de genou :

- lyse de la tête et du col

- arrêt de croissance

Ostéite chronique (du à 1 mauvaise prise en charge initiale) :

15% des ostéomyélites, mauvais traitement initial, séquestration et fistule chronique, antibiotiques ne peuvent atteindre l’os nécrosé.

Destruction de l’os fragilisation fracture

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 12794

loading...
loading...

Copyright 2017 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix