Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer

 
Divers
Hygiène Bucco-dentaire
Cours Divers Stomatologie
 
 
 

Les affections buccodentaires :

A - LA CARIE :

C'est une maladie infectieuse qui détruit la dent.

 

 

 

 

 

 

 

Trois éléments fondamentaux dans le mécanisme de la carie.

Schéma de Keyes :

• Terrain

• Plaque

• Sucre

1) LA PLAQUE :

C'est un enduit mou et adhérent qui se fixe à la surface des dents et des gencives.

C'est un dépôt composé de micro-organismes vivants et morts dans une matrice riche en protéines et en sucres solubles.

Elle se forme en quelques heures.

C'est un enduit collant, presque invisible.

Matrice de protéines salivaires qui se fixent par précipitation sur la surface des dents.

Les bactéries qui sont contenues dans la cavité buccale sont prises dans ce dépôt.

Elles se développent et croissent en se nourrissant des substances contenues dans la salive.

Après quelques jours, si on ne l'enlève pas, la composition de la plaque se modifie.

On observe le développement de bactéries de type filamenteux qui sont très pathogènes par leurs

Elles vont transformer tous les sucres en acides.

Le milieu devient très acide.

On obtient un pH de 5,5.

Une partie de l'émail peut se dissoudre.

2) LE TERRAIN :

a) Malpositions dentaires :

La plaque est plus difficilement éliminable

b) Prothèses :

Crochets ou matériel d’orthodontie

c) Conditions géographiques :

Type d'alimentation

Eaux moins fluorées

d) Qualité de la salive

e) Hérédité :

3) LE SUCRE :

Indice de cariogénicité :

• Lait, laitue, chou = 0

• Pommes de terre = 1,6

• Pain complet = 2

• Carottes = 2,1

• Pain et confiture = 10,2

• Figues = 14

• Chewing-gum sucré = 19

• Pommes = 19,4

• Bananes = 21

• Raisins = 24

• Coca, sodas = 29,6

• Chocolat au lait = 34,1

B - LES PARODONTOPATHIES :

Outre les causes héréditaires les cause sont toujours liées à la plaque et au tartre.

La plaque est responsable de l'inflammation gingivale.

Sans plaque, il n'y a pas de maladies parodontales évolutives.

Le tartre est la conséquence de la plaque.

Quand elle reste trop longtemps, elle durcit et se transforme en tartre.

Une seule solution : le dentiste.

La prévention :

On distingue classiquement :

A - LA PRÉVENTION PRIMAIRE ou PRÉVENTION VRAIE :

Elle s'efforce d'empêcher l'apparition de la maladie par :

• La promotion de la santé générale

• L'application de mesures prophylactiques :

a) Contrôle de l'environnement buccal :

Par élimination de la plaque et en évitant l'absorption des sucres.

b) Accroissement de la résistance du terrain.

B - PRÉVENTION SECONDAIRE :

Dépistage

Soins précoces

C - PRÉVENTION TERTIAIRE :

Tend à limiter les complications et les séquelles de la maladie.

Les préventions secondaire et tertiaire sont du ressort du praticien.

La prévention primaire est du domaine de la santé publique.

D - LES DIFFÉRENTS COMPOSANTS DE LA PROTECTION PRIMAIRE :

1) L'HYGIENE ALIMENTAIRE :

Période prénatale

Phase pré-éruptive

Phase post-éruptive Importance d'un régime alimentaire varié :

• Type d'aliments

• Consistance des aliments

Apport équilibré, en particulier de phosphore et de calcium qui participent à la minéralisation du tissu osseux et dentaire.

La prise fréquente de sucre favorise la production de polysaccharides qui agissent dans la production des plaques bactériennes qui déclenchent des caries en favorisant l'adhésion des bactéries entre elles et aux surfaces dentaires.

La dégradation de ces polysaccharides par les bactéries est le point de départ de la formation d'acides.

On pense donc que le déclenchement des caries est déterminé par la diminution du pH de la plaque.

2) LE FLUOR :

On l'utilise en prophylaxie.

Deux modes d'action du fluor :

a) Endogène :

Le fluor est apporté à la structure minérale de la dent par voie sanguine pendant sa constitution.

Correspond à la prescription de comprimés de fluorure de sodium, dosés de 0,25 g à 1 g (Zymafluor).

Prescrit aux femmes enceintes à partir du cinquième mois, 1 g par jour jusqu'à la fin de la grossesse.

Pour l'enfant lui-même :

• 1 cp de 0,25 g par jour de 0 à 2 ans

• de 2 à 4 ans : 0,5 g

• de 4 à 6 ans : 0,75 g

• à partir de 6 ans : 1 cp de 1 g par jour

b) Exogène ou topique :

Après l'éruption de la dent, le fluor se fixe directement sur l'émail en raison de sa perméabilité aux échanges ioniques avec le milieu buccal.

Le fluor pénètre dans le tissu dentaire sous forme d'ions.

L'application topique du fluor entraîne une modification en surface de l'émail.

Celui-ci est formé d'hydroxy-apatite.

On passe à un fluoro-apatite, beaucoup moins soluble dans l'eau et dans les acides.

On assiste aussi à une reminéralisation des lésions carieuses initiales de l'émail.

Par ailleurs, la libération dans le milieu buccal des ions fluor absorbés à la surface de l'émail ou stockés dans la plaque inhibe la glycolyse bactérienne et contribue ainsi au maintien de l'équilibre microbien du milieu buccal.

Le fluor exogène se présente sous différentes formes :

• Gels à haute concentration : s'utilise en cabinet dentaire.

On laisse agir pendant 1/4 d'heure.

Utilisé en particulier après un traitement cancéreux ou en alternance avec les séances de blanchiment.

• Pâtes dentifrice classiques.

Les meilleures sont celles qui contiennent des fluorures d'amines à 0,125% : Elmex.

• Solutions dentaires contenant du fluorure de sodium à 0,2% qui s'utilisent en bains de bouche après le brossage.

3) LE BROSSAGE :

Seul moyen d'éliminer la plaque.

Par une action sur le facteur microbien, on agit à la fois sur le processus carieux et sur les maladies parodontales dont l'étiologie est également bactérienne.

Lorsqu'on désorganise la plaque, on a absence de formation de tartre, ce qui limite l'irritation de la gencive.

Nécessité d'associer le massage des gencives au brossage.

Il permet une meilleure kératinisation de l'épithélium qui augmente la résistance aux irritations mécaniques et bactériennes.

Les dentifrices sont des adjuvants du brossage.

Ils agissent en fonction de leur composition.

Plusieurs sortes :

a) Les pâtes neutres qui ont une action purement mécanique.

On peut très bien obtenir un brossage satisfaisant à l'eau.

Le dentifrice ne fait que raccourcir le temps de brossage.

Il a un effet d'abrasion dont il faut se méfier : en particulier les dentifrices en poudre.

b) Les pâtes médicamenteuse.

Leur efficacité est renforcée par l'incorporation de fluorures et d'antiseptiques.

Les compléments du brossage :

• Les fils de soie

• Les bâtonnets inter-dentaires

• Les hydropulseurs

• Les bains de bouche : ils n'éliminent pas la plaque.

Les révélateurs de plaque permettent de calculer l'index d'hygiène dentaire :

   Nombre de dents avec plaque

---------------------------------------- X 100

       Nombre total de dents

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 4878

Copyright 2014 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix