Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer
 
Pneumologie
Hémoptysie (orientation et conduite à tenir devant une hémoptysie)
Cours de pneumologie
 

 

Définition :

Emission de sang par la bouche en provenance des voies aériennes sous-glottiques lors d’un effort de toux.

Le sang est rouge vif car il est le plus souvent d’origine artérielle systémique.

Le sang est aéré et spumeux.

Diagnostics différentiels :

- Hématémèse : émission de sang par la bouche en provenance des voies digestives lors d’un effort de vomissements.

Le sang est plutôt noir car d’origine veineuse, il n’est pas aéré.

- Epistaxis : saignement d’origine nasale, le sang est rouge vif.

Gravité de l’hémoptysie :

- volume du saignement :

L’asphyxie est la cause de la mort au cours des hémoptysies, et non le choc hémorragique.

Faible abondance : crachats hémoptaïques < 50ml / 24h

Moyenne abondance : ½ à 1 verre (> 100ml / 24h)

Grande abondance : plus de 200ml / 24h (1 bol)

Toute quantité de sang pouvant obstruer l’espace mort anatomique (150cc) menace le pronostic vital chez un sujet sain.

- Terrain respiratoire :

Chez l’insuffisant respiratoire, un volume de saignement modéré peut entraîner une détresse respiratoire.

-> mesurer et surveiller la quantité de saignement par tranches horaires.

Surveiller la tolérance respiratoire : la fréquence respiratoire, oxymétrie de pouls, gazométrie artérielle.

Etiologies de l’hémoptysie :

a) clinique (interrogatoire) :

- antécédent pulmonaire : bronchectasies, tuberculose

- antécédent cardiaque : HTA, cardiopathie valvulaire

- histoire médicale récente : hospitalisation récente

- prise médicamenteuse

- conditions de survenues

- aspect du sang : rouge vif, rouge foncé

b) examen clinique :

- pouls, PA, fonction respiratoire, SpO2, température, conscience et vigilance.

- poids, état général

- syndrome Cave Supérieur (obstruction VCS par obstruction intrinsèque ou extrinsèque), adénopathies.

- signes de phlébites, souffle cardiaque (mitral)

- Hippocratisme digital.

c) paraclinique :

- Radio du thorax :

- localisation : infiltration ou gravité localisé.

- lésion responsable du saignement

- Fibroscopie bronchique :

- confirme le diagnostic d’hémoptysie

- localise le saignement

- recherche la lésion responsable du saignement

- scanner thoracique :

- précise les données de la radio thoracique

- peut obtenir des infos sur le vaisseau responsable du saignement

- peut guider en cas d’embolisation artérielle

A) Hémoptysies d’origine broncho-pulmonaire :

- dégénératives :

- dilatation des bronches

- BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive)

- Pneumoconioses

- tumorales :

- cancer bronchique primitif

- métastases endobronchique (thyroïde, sein, rein)

- tumeur bénigne carcinoïde

- tuberculose :

- tuberculose pulmonaire bacillifère : phénomène inflammatoire autour de la lésion ou anévrysme artériel sur artère bronchique ou pulmonaire (sang rouge vif ou noir).

- séquelles de tuberculose : bronchectasies secondaires, colonisation d’une cavité résiduelle (aspergillome).

- Autres causes infectieuses :

- bronchites

- pneumopathies bactériennes

- pneumopathies virales

B) Hémoptysies d’origine cardiaque et vasculaire :

- embolie pulmonaire

- insuffisances ventriculaires gauches et rétrécissement mitral

- anévrysmes artério-veineux congénitaux ou acquis

C) Hémoptysies d’origine traumatique ou iatrogène :

- traumatisme thoracique :

- contusion pulmonaire

- fracture bronchique

- corps étrangers

- Anticoagulants : recherche une cause locale

Attitude thérapeutique :

Hospitalisation pour bilan diagnostic, étiologique et thérapeutique :

- hémoptysie de faible abondance : salle, urgence différée

- hémoptysie de moyenne ou de grande abondance : réanimation, bilan étiologique et localisation du saignement.

Traitement :

- hospitalisation

- repos

- oxygène, SpO2 > 90%

- perfusion : 2 voies veineuses (bilan bio : NFS, plaquettes, TP/ TCA, fibrinogène, groupe Rh, RAI)

- vasoconstricteurs : glypressine® 1mg toutes les 4 à 6h (IV lente sur 10mn)

- vaso-occlusion artérielle :

- artères bronchiques

- artères pulmonaires (anévrysme artério-veineux)

- traitement de la cause :

- médical (cancer, tuberculose)

- chirurgical Glypressine® : effets secondaires -> pâleur, crampes digestives, angor, HTA, bradychardie, IDM, hyponatrémie.

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 7537

Copyright 2014 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix