Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer

 
Divers
Nutrition entérale parentérale
Cours Divers de réanimation
 
 
 

Besoins nutritionnels de base : 30Kcal/J soit 50 à 60% glucides, 30 à 40% lipides, 10 à 15% protide.

Apports vitaminés, d’oligoéléments et de sels minéraux est capital (Na, K, Cl, Mg, P, Zn, Fe, Cu, Vit B1, B6, B12, K).

Apports hydrique = 30mL/Kg/J

Évaluation de l’état nutritionnel :

Clinique :

Poids, indice de masse corporelle (P/T2), poids idéale théorique (T – 100 (T-150) / 4 pour un homme et 2,5 pour femme).

Plis cutanée et circonférence brachiale.

Paraclinique :

Albumine, pré albumine (transthyrétine), orosomucoïde, CRP, indice de PINI (CRP x oroso) / (Files\Fichiers communs x préalb) et impédance bioélectrique.

Cas d’agression :

Besoin de base = 35/40 Kcal/Kg/J et augmentation des apports hydriques car pertes insensibles = 0,6mL/Kg/J (800 à 1000ml/J) + température ambiante + température corporelle + lit.

Il y a également des pertes digestive, plaies suintantes et prélèvements sang.

Apports en vit, oligoéléments et sels car carences en vit rapides, carences en Zn (20g par L de diarrhée), carence de sélerium (cardiopathie), phosphore et mobilité diaphragmatique.

Contexte :

Chirurgie lourde +10% des apports par / à la base.

Polytraumatisé +30%

Réanimation par infection grave +60%

Pathologie chronique (cancer) et brûlé +110%

La nutrition entérale :

A utiliser de préférence car peu de contre indication et effets bénéfiques sur l’infection et ma cicatrisation.

Per os :

Aliments classiques, solution hypercalorique, hyper protidique.

Attention aux troubles de déglutition.

Par sonde :

Nasogastrique (polyéthylène, silicone), post pylorique, gastrostomie, jéjunostomie.

Schéma :

Amélioration de la nutrition entérale :

Évaluation de l’état nutritionnel, évaluation des besoins, carences en vit et suivre le protocole écrit (rapidité d’obtention des objectifs nutritionnels, homogénéité des soins, formations des soins et qualité, réduction des coûts).

Choix de la meilleur voie d’abord et mise en place de la sonde, fixation et vérification de volume résiduelle gastrique.

On donne = 50% glucide, 30% lipide, 15% protéine.

Régime normo calorique, hypercalorique, élémentaire ou semi élémentaire et des fibres (hydrosoluble).

Peu être en continu, starter (500, 1000, 1500) ou précoce.

Complications :

Régurgitation ou vomissement = position du patient +++, volume résiduel et intervention des prokinétique (vidange l’estomac).

La diarrhée.

Liée à la sonde (fausse route, mauvaise position oesophagite, ulcération gastrique, escarres de l’aile du nez, otite obstructive des trompes d’eustaches).

Surveillance :

Position ½ assise, détecter les troubles de déglutition, de la sonde (fixation, position et type siliconé).

Du volume prescrit et passé.

Transit, poids, bio et glycémie

Surveillance du passage des médicaments.

Nutritions parentérales :

Nutrition IV strict permettant un apport nutritionnel complet sans utilisation du TD. A éviter car

– performante que la voie entérale, elle entraîne des complications + sévères et coûteuses.

Voie périphérique ou centrale, il faut au

– 150 à 200g /J au -, en solutions séparées (soluté glucosé, soluté protidique…).

Complication :

Liés au cathéter, aux solutions hypertoniques veinotoxiques, hypo/hyperglycémie et insuffisance des apports (fréquents).

Conclusion :

Nutrition est un véritable traitement en réanimation, impact majeur sur la morbi-mortalité, utiliser +++ les voies entérales.

Il faut une bonne pratique pour corréler les apports théoriques aux apports réels.

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 6507

Copyright 2014 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix