Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer








loading...

 
Dermatologie
Cicatrisation normale et pathologique
Cours de dermatologie
 

 

Cicatrisation cutanée normale :

Après la formation d’une plaie aiguë, la cicatrisation normale se déroule en 3 grandes phases.

Ces phases complexes se chevauchent dans le temps.

loading...

A - Phase initiale vasculaire et inflammatoire :

Elle dure 2 à 4 j et aboutit à la formation du caillot puis à la migration des cellules participant à la réaction inflammatoire.

1- Étape vasculaire :

La mise à nu du sous-endothélium vasculaire provoque l’adhésion et l’activation plaquettaire (grâce au facteur de von Willebrand, la thrombine et le collagène extravasculaire).

Les protéines aboutissant à la formation du caillot de fibrine (facteur de von Willebrand, fibronectine, etc.) sont libérées par les plaquettes activées et par l’extravasation sanguine.

Ce caillot sert d’une part à arrêter le saignement et d’autre part de matrice provisoire pour la migration des cellules pro-inflammatoires, dermiques et épidermiques sur le site de la plaie.

Les plaquettes activées libèrent des facteurs de croissance (platelet-derived growth factor [PDGF], le basic fibroblast growth factor [bFGF] et les transforming growth factor aet b[TGFa, b]).

2- Étape inflammatoire :

Les polynucléaires neutrophiles et les monocytes sont attirés dans la plaie par les facteurs de croissance libérés par les plaquettes et par des peptides bactériens, des facteurs du complément, des produits de dégradation de la fibrine et de la lyse cellulaire. Les neutrophiles, premiers leucocytes présents dans la plaie, libèrent des enzymes protéolytiques favorisant la pénétration des cellules dans la plaie et des cytokines pro-inflammatoires participant au recrutement et à la prolifération des fibroblastes et des kératinocytes.

Ils ont également un rôle de détersion locale.

Les monocytes migrant dans la plaie se différencient ensuite en macrophages activés.

Ils libèrent dans la plaie des facteurs de croissance (TGFb, le tumour necrosis factor a(TNFa), le vascular endothelial growth factor [VEGF] et le PDGF) amplifiant la réponse inflammatoire et stimulant la formation du tissu de granulation.

Ils ont également un rôle de détersion locale (phagocytose de micro-organismes, débris nécrotiques, etc.).

Vers le 5e jour, peu de cellules inflammatoires persistent, les fibroblastes deviennent le type cellulaire prédominant.

B - Phase de réparation tissulaire :

Elle dure 10 à 15 jours.

1- Formation du tissu de granulation ou bourgeon charnu :

Cette phase correspond à la prolifération des fibroblastes, à l’angiogenèse et à la synthèse de la matrice extracellulaire.

Les fibroblastes, les macrophages et les cellules endothéliales migrent dans la plaie en même temps.

Cette phase est largement dépendante des facteurs de croissance libérés dans la plaie (epidermal growth factor [EGF], le TNFa, le TGFb et le PDGF).

La migration des fibroblastes dans la plaie est précoce (48e h) favorisée par l’expression sur leur membrane de récepteurs de la famille des intégrines pour les composants de la matrice extracellulaire.

La migration et la prolifération des fibroblastes est essentiellement sous la dépendance de facteurs de croissance produits par les plaquettes et les macrophages mais également par les fibroblastes eux-mêmes (stimulation autocrine) : PDGF et TGFb. Ils synthétisent et remodèlent une nouvelle matrice extracellulaire composée au début principalement de collagène III puis de collagène I.

La matrice provisoire sert de support à la migration des cellules et également de réservoir de facteurs de croissance.

Les fonctions des fibroblastes sont modulées par l’interféron g et la matrice elle-même.

À ce stade, la cicatrice est une fibrose jeune contenant de nombreux fibroblastes et une trame fibrillaire lâche en périphérie d’une perte de substance.

Les métalloprotéinases, enzymes protéolytiques essentiellement produites par les fibroblastes, et les dérivés de la plasmine sont nécessaires à la migration des cellules et au remodelage matriciel.

La migration des cellules endothéliales s’effectue à partir des vaisseaux sains les plus proches, sous la dépendance de facteurs de croissance (bFGF, vascular endothelial growth factor [VEGF]) et de composants de la matrice extracellulaire aboutissant à la formation d’un réseau vasculaire indifférencié (bourgeon charnu), visible in vivo vers le 5e jour.

Le bourgeon charnu est composé de fibroblastes, d’un infiltrat inflammatoire (monocytes, lymphocytes, polynucléaires), de fibrine en superficie et de néovaisseaux dans une trame fibrillaire oedémateuse.

La contraction de la plaie pour en rapprocher les berges est étroitement liée à la formation du tissu de granulation et à la transformation de certains fibroblastes en myofibroblastes capables de se contracter et de transmettre leur activité contractile au tissu environnant par interaction entre les protéines du cytosquelette et de la matrice extracellulaire.

2- Épithélialisation :

La migration des cellules épithéliales s’effectue à partir des berges ou des annexes.

Les principaux stimulus de la phase d’épithélialisation sont les facteurs de croissance de la famille de l’EGF, le KGF (keratinocyte growth factor) et les TGF a et b produits par les fibroblastes ou les kératinocytes de façon auto- ou paracrine.

Lorsque la plaie est fermée par une monocouche de kératinocytes, ceux-ci arrêtent leur migration, se multiplient et se différencient.

La membrane basale se reconstitue progressivement grâce aux interactions derme-épiderme.

La colonisation de l’épiderme par les cellules de Langerhans et les mélanocytes s’effectue secondairement quand la plaie est fermée.

C - Phase de maturation :

Le remodelage de la matrice extracellulaire dure jusqu’à 2 mois après la fermeture de la plaie, suivi par une phase de régression qui peut persister jusqu’à 2 ans : raréfaction du tissu de granulation, structure collagénique plus dense, organisation du réseau vasculaire.

Les métalloprotéinases, enzymes dégradant la matrice extracellulaire, et leurs inhibiteurs, synthétisés par les fibroblastes, interviennent largement dans les phénomènes de remodelage matriciel.

La contraction de la plaie est achevée vers le 21e jour.

Le contenu en collagène est maximal à cette date, mais la résistance de la cicatrice à l’étirement n’atteint qu’environ 15 % de celle de la peau normale.

Le remodelage matriciel accroît la résistance de la cicatrice de façon considérable, jusqu’à 80 à 90% de sa force finale vers la 6e semaine.

Les cicatrices sont moins résistantes et moins élastiques que la peau normale, en partie à cause d’un certain déficit en élastine et aussi en raison de la reconstitution d’une matrice extracellulaire relativement désorganisée.

La cicatrice est alors fibreuse, la population fibroblastique se raréfie et l’infiltrat inflammatoire disparaît.

Cicatrisation pathologique :

Les cicatrices pathologiques peuvent être un retard du processus (plaies chroniques), une altération (cicatrices rétractiles) ou un excès de celui-ci (botryomycome, chéloïdes).

A - Cicatrisation excessive :

Les chéloïdes sont des lésions cutanées nodulaires intradermiques fibreuses, exubérantes avec des extensions en « pâtes de crabe ».

Elles récidivent en cas d’ablation chirurgicale.

Elles s’opposent aux cicatrices hypertrophiques qui sont limitées à la zone traumatisée, ne présentent pas d’extension et qui ont tendance à la régression spontanée. Les chéloïdes présentent d’abord l’aspect de cicatrices hypertrophiques (cicatrice épaissie, érythémateuse) mais elles continuent d’évoluer après le 6e mois, sans amélioration spontanée.

Elles surviennent après des plaies chirurgicales, des traumatismes, des brûlures ou de simples réactions inflammatoires (folliculite d’acné).

Leur apparition spontanée est discutée.

Lors de leur formation, les chéloïdes présentent une activité fibroblastique excessive responsable d’une production importante de fibres collagènes épaissies et hyalinisées.

La matrice extracellulaire est abondante et à terme la cellularité est faible.

Les nodules de collagènes ainsi formés peuvent refouler les structures avoisinantes.

Leur pathogénie est encore mal élucidée.

Les facteurs favorisant la survenue de chéloïdes sont : population à peau noire, âge jeune, siège (partie inférieure du visage, lobules d’oreilles, région thoracique haute, particulièrement région présternale, acné conglobata, réactions à corps étrangers, plaie profonde.

Le botryomycome est une petite tumeur vasculaire inflammatoire pédiculée non épidermisée, correspondant histologiquement à une prolifération endothélio-capillaire excessive et inflammatoire empêchant l’épithélialisation. Son exérèse permet l’épidermisation et la fin de la cicatrisation.

B - Cicatrices rétractiles :

Les rétractions excessives sont souvent le résultat d’une plaie mal orientée par rapport aux lignes de tractions physiologiques de la région.

Elles surviennent fréquemment après des brûlures profondes.

Elles peuvent avoir des répercussions fonctionnelles importantes notamment sur la mobilité des membres.

La physiopathologie précise est mal connue.

La présence dans le tissu de granulation de fibroblastes provenant du fascia et les tractions mécaniques exercées sur les fibroblastes stimulent fortement la synthèse de collagène et augmentent le rapport inhibiteurs des collagénases-collagénases.

C - Retards de cicatrisation :

Les causes des retards de cicatrisation sont nombreuses.

Plusieurs facteurs locaux ou généraux peuvent entraver le déroulement normal des différentes phases de la cicatrisation.

1- Micro-organismes :

La présence de micro-organismes dans les plaies chroniques est très fréquente et peut aider au recrutement cellulaire lors de la phase inflammatoire.

Cependant, une prolifération bactérienne excessive peut amener une lyse cellulaire, dégrader la matrice extracellulaire, favoriser les micro-thromboses et ainsi retarder ou compromettre la cicatrisation.

Il est essentiel de bien distinguer la colonisation d’une plaie par des micro-organismes et son infection.

La colonisation de la plaie existe dès qu’il y a effraction épidermique. Au taux inférieur à 105 germes par gramme de tissu, il est exceptionnel que cette flore de surface entraîne des dégâts infectieux au niveau de la plaie.

Une exception doit être faite pour le streptocoque b-hémolytique où le nombre de germes requis pour poser le diagnostic d’infection est moindre (103 germes par gramme de tissu).

2- Malnutrition :

Les carences protéinocaloriques sont celles qui auraient le plus de conséquences.

Elles altèrent toutes les phases de la cicatrisation.

La malnutrition protéino-énergétique altère également la phagocytose augmentant ainsi le risque d’infection.

Le déficit en vitamine A peut avoir pour conséquence une réponse inflammatoire inadaptée et le déficit en vitamine C une diminution de la production de collagène par les fibroblastes, une augmentation de la fragilité capillaire et une augmentation du risque infectieux.

La supplémentation systématique en vitamine C chez les patients porteurs d’escarres n’a cependant pas montré de bénéfice clinique.

3- Stress :

Le stress a été identifié comme un cofacteur potentiel susceptible d’entraver la cicatrisation.

Le mécanisme d’action proposé est celui d’une stimulation sympathique avec libération de substances vasoconstrictives.

Il n’existe par contre pas d’élément objectif pour dire que la douleur est un cofacteur retardant la cicatrisation.

Des essais de stimulation électrique et de musicothérapie ont montré que ces techniques pouvaient diminuer la douleur chez les malades porteurs de plaies aiguës postopératoires sans pour autant accélérer la cicatrisation de leurs plaies.

4- Pathologies vasculaires :

Les patients souffrant d’une maladie affectant les vaisseaux diminuent leur aptitude à cicatriser.

Dans l’artériopathie chronique oblitérante des membres inférieurs, c’est l’hypoxie due à l’artériosclérose qui est responsable de ce retard de cicatrisation.

Les mécanismes sont plus complexes dans l’insuffisance veineuse où s’associent plusieurs éléments : ralentissement circulatoire avec hypoxie de consommation, formation de manchons fibrineux péricapillaires pouvant altérer la diffusion de l’oxygène, anomalies rhéologiques telles qu’une hyperagrégabilité plaquettaire, diminution de la fibrinolyse locale, piégeage leucocytaire.

Ce dernier processus peut être à l’origine du relargage d’enzymes protéolytiques, de cytokines (TNFa) et de radicaux superoxydes responsables d’altérations endothéliales et de destruction tissulaire.

5- Diabète :

Il est classique de dire que les malades diabétiques présentent fréquemment des retards de cicatrisation.

Le contrôle de la glycémie semble essentiel pour une cicatrisation normale.

L’hyperglycémie altère les fonctions leucocytaires, diminue la phagocytose ainsi que le chimiotactisme et accroît le risque infectieux.

L’altération des fibres du système neurovégétatif chez le diabétique entraîne des shunts artériolo-veinulaires responsables d’une hypoxie cutanée par exclusion des capillaires cutanés. Les lésions du système sympathique provoquent aussi des altérations trophiques des parois vasculaires.

L’atteinte sensitive modifie les zones d’appui et entraîne un remaniement de l’architecture du pied et la survenue de traumatismes.

L’ensemble de ces facteurs expose le pied des patients diabétiques à des plaies chroniques, souvent difficiles à cicatriser, se compliquant fréquemment et pouvant conduire à l’amputation (mal perforant plantaire diabétique).

6- Déficits immunitaires :

Les patients atteints de déficits immunitaires, qu’il s’agisse de sujets infectés par le virus de l’immunodéficience humaine, de patients cancéreux ou recevant des traitements immunosuppresseurs, présentent presque toujours des défauts de cicatrisation.

On note chez ces sujets une altération de la qualité de la phase inflammatoire, ainsi que des anomalies des possibilités de détersion des débris nécrotiques et (ou) de la résistance aux infections.

7- Troubles de la coagulation et pathologies hématologiques :

Les déficits en facteurs de la coagulation et les thrombopénies compromettent la formation du caillot initial et de la matrice provisoire de fibrine.

Les états d’hypercoagulabilité et d’hyperviscosité qui existent dans les syndromes myéloprolifératifs entraînent également des retards à la cicatrisation.

8- Corticoïdes et anti-inflammatoires non stéroïdiens :

• Les corticostéroïdes administrés par voie systémique et à forte dose retardent la cicatrisation.

Cet effet est essentiellement lié à leurs actions anti-inflammatoire et inhibitrice sur la prolifération fibroblastique, la synthèse de collagène et l’épithélialisation.

Les corticoïdes locaux inhibent la phase de bourgeonnement des plaies.

• Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) entraînent une vasoconstriction et suppriment la réponse inflammatoire.

Ils diminuent la synthèse de collagène et la contraction des plaies.

Ils interfèrent enfin avec la migration leucocytaire et augmentent le risque infectieux.

Il n’est pas clairement établi qu’ils aient un impact chez l’homme aux doses où ils sont habituellement utilisés en thérapeutique.

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 32240







loading...
loading...

Copyright 2017 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix