Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer








loading...
 
Pneumologie
Infections broncho-pulmonaire
Cours de pneumologie
 


 

Généralités :

Dans la pathologie pulmonaire en général, le problème est qu'on ne commence à ressentir les symptômes que lorsqu'une grande partie des poumons est atteinte.

Car les poumons sont nettement plus importants que ne le nécessiteraient les besoins normaux.

loading...

En général, l'attaque d'une partie du poumon a des conséquences minimes :

•Production augmentée de mucus pour lutter contre l'infection.

Quand le poumon est infecté, du pus s'installe dans la partie infectée.

L'air arrive, mais l'échange gazeux se fait mal ou ne se fait pas.

Les poumons vont avoir du mal à oxygéner le sang :

•Si les deux poumons sont touchés

•Si on est déjà insuffisant respiratoire

La bronchite :

1) ÉPIDEMIOLOGIE :

En 1991, les infections broncho-pulmonaires ont nécessité 18 millions d'ordonnances.

Correspondant à 28% de la consommation nationale d'antibiotiques.

80 à 90% de bronchites.

Mortalité par pneumonie = 10% des cas.

Un grand nombre d'adultes jeunes guérissent tout seuls d'une pneumonie.

Par contre, elle peut tuer un adulte sain et sportif en 24 heures.

2) AGENTS INFECTIEUX :

a) Bactéries :

•Pneumocoques : principale cause des pneumonies d'origine bactérienne

•Streptocoques

• Hæmophilus influenzæ

•Mycoplasme

•Chlamydia

•Pyocyanique

•Staphylocoques

•Bacilles

Les 4 premiers sont responsables de 80% des pneumonies.

b) Virus :

•Virus grippaux

•Virus respiratoire syncytial

•Paramyxovirus

c) Champignons :

d) Parasites :

Un adulte sain ne fait pas, sauf exception, d'infection due aux champignons et aux parasites.

3) LA BRONCHITE AIGUË :

Inflammation de l'arbre trachéo-bronchique.

a) Signes :

•Toux sèche qui devient grasse ensuite mais pas toujours.

•Peut devenir quinteuse.

•Température : 38° à 38,5°

•Respiration normale

Commence de la même façon chez les gens ayant des bronches normales.

Apparition de :

•Râles bronchiques Les râles pulmonaires seraient significatifs de pneumonie.

Le problème est d'identifier les personnes à risques de complication.

b) Évolution :

Généralement favorable :

•Toux grasse

•Expectorations sales

c) Personnes à risques :

Personnes susceptibles de faire des complications.

* Les personnes âgées

•Difficultés d'expectoration (toux épuisante)

•Encombrement des bronches

* Insuffisants respiratoires chroniques Handicaps surmontés habituellement mais qui pose problème en cas de pneumonie.

* Le nourrisson

•Difficultés à expectorer

•Capacité respiratoire restreinte

* Les insuffisants cardiaques

•Le coeur n'est pas capable de soutenir l'effort supplémentaire nécessaire.

* Les asthmatiques

•L'inflammation des bronches peut entraîner une crise d'asthme.

* Les bronchiteux chroniques

4) LA BRONCHITE CHRONIQUE :

a) Définition :

Hypersécrétion des bronches responsable d'une toux et d'expectorations supérieures à trois mois par an pendant deux années consécutives.

Souvent due au tabac : 80%.

La bronchite chronique peut être le premier stade de l'insuffisance respiratoire.

Le fait de fumer et d'inhaler est un facteur de fixation des germes sur les muqueuses bronchiques.

La plupart des bronchites sont d'origine virale : 90%.

b) La poussée aiguë de bronchite chronique :

Plus ou moins purulente.

Degré supplémentaire de gravité.

Plus de risques de déclencher une détresse respiratoire.

5) TRAITEMENT :

a) Évolution simple du sujet sain :

•Arrêt du tabac

•Augmenter les apports hydriques : eau

•On ne donne pas d'antibiotiques

•Expliquer au patient les signes qui pourraient indiquer une évolution défavorable : toux grasse, expectorations sales...

•Dans ce cas, on peut donner des antibiotiques

b) Chez les personnes à risques :

Le passage de l'évolution simple à l'évolution surinfectieuse a plus de conséquences.

On peut donc donner des antibiotiques d'entrée pour ne pas risquer la détresse respiratoire.

La pneumonie :

Inflammation et souvent infection du parenchyme pulmonaire.

1) LES PERSONNES A RISQUES :

* Les personnes dénutries

* Alcooliques : pneumonies sévères, fréquentes en réanimation

* Diabétiques

* Conditions de vie défavorisées

* Personnes hospitalisées (infections nosocomiales) :

•Immunodéprimées

•Germes plus agressifs

* Il existe un risque, même chez des gens parfaitement sains

2) SIGNES :

a) Évolution favorable :

•Forte fièvre > 38,5° (peut être remplacée par une hypothermie)

•Frissons, sueurs

•Toux

•Douleurs thoraciques

•Râles pulmonaires

b) Évolution défavorable :

•Tachycardie : > 120/min

•Fréquence respiratoire : > 30 -> < 10 ++

•Cyanose : hypoxémie

•Tirage : le poumon résiste à l’expansion de la cage thoracique (mauvaise compliance)

•Troubles de la conscience : capacité à réagir

•Agitation

•Tension artérielle è systolique < 90 mmHg ++ -> diastolique < 60 mmHg +

•Diminution de la diurèse

•Marbrures cutanées : genoux et flancs

•Choc septique ou collapsus : plus de pouls

•Hypothermie : < 36,5°

Autant de signes d'alerte que l'infirmière est en première ligne pour détecter.

3) LE TRAITEMENT :

a) Antibiotiques :

Le traitement repose principalement sur eux.

Les plus courants :

• CLAMOXYL : pneumocoques

• Amoxicilline : pneumocoque et hæmophilus

•AUGMENTIN : Amoxicilline + acide clavulanique

•Érythromycine

•Cyclines

• Synergistine Les plus actifs sur pneumocoques et hæmophilus ne le sont pas sur mycoplasme et chlamydia; et réciproquement.

b) Surveillance :

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 50770







loading...
loading...

Copyright 2017 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix