Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer








loading...

 
Génétique
Recombinaison génétique, l’indépendance et la liaison génétique
Cours de Génétique
 

Page :  1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11

 

La recombinaison génétique par crossing-over et ses conséquences :

Si on considère deux gènes physiquement liés (le couple d’allèles A et a étant localisés sur le même chromosome que le couple d’allèles B, b), le croisement de deux souches pures (AB//AB) et (ab//ab) donne un double hétérozygote (AB//ab).

La méiose, chez ce double hétérozygote, conduira à deux dispositions métaphasiques possibles mais pas forcément équifréquentes (fig. 3.2), selon que sera survenu ou non un échange entre chromatides homologues (non soeurs) entre les locus de ces deux gènes.

loading...

Cet échange résulte d’un mécanisme moléculaire de cassure, d’échange et de soudure des molécules d’ADN contenues dans ces chromatides, mécanisme appelé crossing-over.

• Dans la fraction (1 – f ) des méioses, où aucun crossing-over n’est survenu entre les locus des deux gènes (fig. 3.2, gauche), les centromères unissent des chromatides parentales et leur ségrégation, à la méiose I, conduira à quatre gamètes de type parental, deux (A, B) et deux (a, b).

• Dans la fraction f des méioses où un crossing-over est survenu entre les locus des deux gènes, chacun des deux centromères unit deux chromatides dont l’une est parentale et l’autre recombinée.

La ségrégation des centromères, à la méiose I, conduira (fig. 3.2, droite) à deux gamètes de type parental, (A, B) et (a, b), et deux gamètes de types recombinés (A, b) et (a, B).

Remarque 1. La survenue d’un crossing-over entre les deux locus de deux gènes est un événement d’autant plus rare que les locus sont proches et d’autant plus fréquents que les locus sont éloignés.

De ce fait les deux types de méioses, sans ou avec un crossing-over, auront des fréquences respectives (1 – f ) et f dépendant de la distance entre les locus des gènes étudiés.

Remarque 2. Tant que la distance est faible, on peut considérer que seuls surviennent les deux types de méioses décrites par la figure 3.2, avec un seul crossing-over possible entre deux chromatides non-soeur, événement de probabilité f, comprise entre 0 et 1.

Mais dès que la distance est suffisamment grande, de nombreux autres schémas de méioses sont possibles, avec plusieurs crossing-over, soit entre les deux mêmes chromatides soit entre plus de deux chromatides; ces cas seront explicités dans l’analyse de tétrades.

Quoi qu’il en soit, on peut simplifier la complexité des situations en les résumant en deux grands cas :

– soit la distance est assez faible, de sorte qu’un certain nombre de méioses se déroule sans crossing-over entre les locus des deux gènes; dans ce cas la probabilité (1 – f ) est non nulle.

La conséquence génétique de cette situation (sur un grand nombre de méioses) est que la fréquence des gamètes recombinés est inférieure à celle des gamètes parentaux, puisqu’une fraction (1 – f ) non nulle des méioses se déroule sans crossingover et conduit à des gamètes exclusivement parentaux, alors que les méioses avec un ou plusieurs crossing-over donnent, en moyenne, autant de gamètes parentaux que de recombinés.

Pour deux gènes, on définit la liaison génétique par le fait que la fréquence des gamètes recombinés est inférieure à la fréquence des gamètes parentaux.

– soit la distance est suffisamment élevée, de sorte qu’il y a toujours au moins un crossing-over; dans ce cas, la probabilité (1 – f ) qu’il n’y ait aucun crossing-over est nulle.

La conséquence génétique de cette situation est que la fréquence des gamètes recombinés (sur un grand nombre de méioses) est statistiquement égale à celle des gamètes parentaux, puisque la fraction (1 – f ) des méioses sans crossing-over, conduisant à des gamètes exclusivement parentaux, est nulle.

On a défini l’indépendance génétique de deux gènes (voir plus haut) comme l’égalité des fréquences, à l’issue de la méiose, des gamètes parentaux et des gamètes recombinés.

Lorsque deux gènes sont physiquement liés mais suffisamment distants pour qu’il y ait toujours au moins un crossing-over entre leurs locus, ils apparaissent comme génétiquement indépendants, résultat équivalent à celui de la ségrégation de deux gènes physiquement indépendants.

Aussi l’observation expérimentale que deux gènes sont génétiquement indépendants conduit à deux interprétations cartographiques mutuellement exclusives, soit les deux gènes sont génétiquement indépendants parce qu’ils le sont physiquement, soit ils sont génétiquement indépendants parce qu’ils sont physiquement liés mais à une distance telle que la ségrégation de leurs allèles respectifs est indépendante.

Au contraire, l’observation expérimentale d’une liaison génétique conduit à une conclusion unique : les deux gènes sont physiquement liés à une distance telle qu’une fraction des méioses se déroule sans qu’aucun crossing-over ne survienne entre leurs locus respectifs.

Figure 3.2 Méioses pour deux gènes physiquement liés, à une distance telle qu’un crossing-over, au plus, peut survenir entre deux chromatides non-soeurs.

Que pensez-vous de cet article ?

Page :  1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 19891







loading...
loading...

Copyright 2017 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix