Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer
loading...

 
Oto-rhino-laryngologie
Anatomie des voies vestibulaires centrales (Suite)
Cours d'ORL (Oto-rhino-laryngologie)
 

 

Implications fonctionnelles :

Les déficits posturaux sont induits par des lésions sélectives uni- ou bilatérales des récepteurs labyrinthiques ou des différentes branches du nerf vestibulaire.

La déafférentation partielle ou globale d’un complexe vestibulaire induit chez l’animal différents syndromes posturaux qui sont expliqués en partie par les données anatomiques des voies vestibulospinales que nous venons de mentionner.

Ces études réalisées chez le cobaye ont permis d’appréhender chez cette espèce le rôle fonctionnel des différents capteurs labyrinthiques dans le contrôle de la posture.

A - SYNDROME POSTURAL OBSERVÉ APRÈS LÉSION UNILATÉRALE DU NERF AMPULLAIRE HORIZONTAL :

Au stade aigu, les animaux lésés exécutent des mouvements de rotation de la tête et du corps purement horizontaux.

La tête effectue une rotation isolée vers le côté lésé dans le plan horizontal.

Comme on peut le voir sur les radiographies de profil, le décalage antéropostérieur des bords antérieurs des deux bulles tympaniques révèle cette rotation dans le plan horizontal.

En revanche, leurs bords inférieurs sont au même niveau, ce qui témoigne de l’absence d’inclinaison céphalique dans le plan frontal.

Dans le plan sagittal, la colonne cervicale reste orientée verticalement, parallèlement au vecteur gravitaire.

B - SYNDROME POSTURAL OBSERVÉ APRÈS LÉSION UNILATÉRALE DES MACULES OTOLITHIQUES (UTRICULE ET SACCULE) :

Cette lésion induit une rotation isolée du côté lésé de l’ensemble tête/cou dans le plan frontal.

Ce syndrome postural s’accompagne dans les premières heures postopératoires de mouvements d’enroulement du corps, ipsilatéraux au côté de la lésion.

Une radiographie de profil, les bords inférieurs des deux bulles tympaniques sont décalés alors que leurs bords antérieurs sont au même niveau, ce qui témoigne de l’absence de rotation céphalique dans le plan horizontal.

Dans le plan sagittal, aucune modification de la géométrie squelettique n’est observable.

C - SYNDROME POSTURAL OBSERVÉ APRÈS LÉSION UNILATÉRALE DU NERF AMPULLAIRE ANTÉRIEUR ET DE L’AMPOULE DU CANAL SEMI-CIRCULAIRE POSTÉRIEUR :

Après chacune de ces deux lésions sélectives, la configuration générale de l’ensemble tête/cou reste inchangée dans les trois plans de l’espace.

Les canaux verticaux du côté intact suppléent le côté lésé et permettent le maintien d’une géométrie normale de la tête et du cou lorsque l’animal est dans la posture de repos.

D - SYNDROME POSTURAL OBSERVÉ APRÈS LÉSION SÉLECTIVE UTRICULAIRE OU SACCULAIRE BILATÉRALE INDUITE PAR ULTRACENTRIFUGATION :

Après lésion bilatérale sélective des deux utricules, par ultracentrifugation ou par chirurgie, l’ensemble tête/cou est basculé en avant par rapport aux animaux non lésés du fait d’une augmentation de l’angle de la jonction cervicothoracique.

Cette bascule, bien visible sur les radiographies de profil, s’accentue lorsque les animaux sont placés dans l’obscurité.

À l’inverse, la lésion bilatérale et sélective des deux saccules n’induit aucun changement détectable de la géométrie squelettique, ni dans le plan sagittal, ni dans le plan frontal, y compris dans l’obscurité.

E - SYNDROME POSTURAL INDUIT PAR UNE LABYRINTHECTOMIE OU UNE NEUROTOMIE VESTIBULAIRE UNILATÉRALE :

La lésion unilatérale d’un labyrinthe provoque du côté lésé :

– une rotation de la tête dans le plan horizontal secondaire à la déafférentation canalaire horizontale ;

– une bascule ipsilatérale de l’ensemble cervicothoracique dans le plan frontal d’origine otolithique.

En résumé, ces données sur les syndromes posturaux induits par les lésions globales et sélectives de l’appareil vestibulaire montrent l’existence d’une ségrégation différentielle des afférences vestibulaires au niveau du rachis cervical, selon qu’elles sont issues des voies canalaires et notamment des voies canalaires horizontales ou des voies otolithiques :

– le système canalaire horizontal, en se projetant principalement au niveau des premières vertèbres cervicales, contrôlerait la stabilisation de la géométrie squelettique dans le plan horizontal et, donc, participerait à l’alignement de l’axe antéropostérieur du corps et au maintien de la direction droit devant ;

– le système otolithique, en contrôlant la rotation de la jonction cervicothoracique dans les plans sagittal et frontal, jouerait un rôle important dans le maintien vertical de la colonne cervicale dans ces deux plans.

Chez l’homme, le syndrome postural après neurotomie vestibulaire unilatérale est composé principalement d’une inclinaison légère de la tête dans le plan frontal, observable surtout au stade aigu et dans l’obscurité.