Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer

fr_badge_google_play.png

 
Urologie
Adénome de la prostate
Cours d'urologie
 
L’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) est une affection extrêmement commune mais dont l’épidémiologie est assez mal connue car les critères de référence sont variables : –données d’autopsie. –données cliniques (toucher rectal). –symptomatologie (prostatisme). –échographie transrectale (définition morphologique). La fréquence de l’hypertrophie bénigne de la prostate est étroitement corrélée à l’âge et à la race. Exceptionnelle avant 30 ans, sa fréquence augmente de 20 à 90 % entre 40 et 80 ans. Il s’agit donc d’une pathologie habituelle de l’homme vieillissant dont les symptômes habituels sont caractérisés par des troubles de la miction.
 

Sémiologie fonctionnelle :

TROUBLES MICTIONNELS :

La sémiologie fonctionnelle est dominée par les troubles mictionnels dont il faut souligner l'apparition extrêmement progressive, n'amenant souvent le patient à consulter un médecin que tardivement.

Pollakiurie nocturne :

La pollakiurie nocturne est le plus précoce et le plus fréquent de ces signes.

Elle peut être modérée, obligeant à un à deux levers nocturnes, mais elle peut être parfois plus importante, responsable alors d'une gêne fonctionnelle considérable.

Dysurie :

La dysurie est aussi tout à fait caractéristique:

* elle s'installe aussi progressivement, est souvent, de ce fait, peu ou mal évaluée par les patients et ne sera objectivée de manière formelle que par les examens paracliniques, dont la débitmétrie.

* dans certains cas, elle peut être masquée par une augmentation du travail vésical, compensant l'obstacle représenté par l'adénome par une hypertrophie considérable du muscle vésical permettant de garder un débit mictionnel sensiblement normal.

Impériosité mictionnelle :

L'impériosité mictionnelle est aussi un des signes fréquemment révélateurs de l'adénome de prostate: