Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer
loading...

 
Infectieux
Les pathologies
Cours d'infectieux
 

 

 

La sphère ORL :

A - GENERALITES :

Revêtues de muqueuses : épiderme humide et garni de mucus.

Celle-ci constitue une barrière physique contre la pénétration des agents pathogènes :

•Bactéries

•Virus

•Parasites

loading...

1) SYSTÈME DE DÉFENSE EXTERNE :

Le mucus contient des bactéries saprophytes qui représentent une protection contre l'agression des bactéries pathogènes.

Un déséquilibre de ces bactéries saprophytes permet aux agents pathogènes de se développer :

•Un courant d'air peut dessécher la muqueuse.

•La chaleur également peut la dessécher.

•Une plaie peut rompre cette barrière

2) SYSTÈME DE DÉFENSE INTERNE :

L'immunité anti-infectieuse a 2 composantes :

a) Système humoral :

b) Système tissulaire :

Système d'alerte et de liaison :

•Macrophages tissulaires : histiocytes

•Lymphocytes B et T

Les macrophages représentent la première ligne de défense.

Ils détruisent par phagocytose tout corps étranger.

Les lymphocytes B reconnaissent l'agent infectieux et le gardent en mémoire.

Les lymphocytes T envoient des messagers dans l'organisme : les cytokines.

Ils activent le système humoral.

Destruction et nettoyage :

•Neutrophiles : bactéries

•Macrophages activés : bactéries

•Éosinophiles : parasites

•Lymphocytes cytotoxiques : parasites et virus L'infection se produit quand le système immunitaire est dépassé : notion quantitative.

Dépend de l'équilibre entre la quantité d'inoculum infectieux reçu et la masse des défenseurs.

L'inoculum est la quantité d'agents infectieux inoculés en même temps, par un voie quelconque.

Dépend aussi de la vitesse de multiplication de l'agent infectieux : notion qualitative.

B - L'ANGINE :

Touche l'oropharynx : amygdales et végétations.

Première barrière de l'organisme contre les agents pathogènes contenus dans l'air.

Elles sont bourrées de macrophages et de lymphocytes.

1) CLINIQUE :

•Fièvre

•Dysphagie

• Odynophagie : douleur à l'absorption du repas

• Hypersialorrhée

•Adénopathies cervicales

2) ÉTIOLOGIE :

Virale ou bactérienne, une fois sur deux.

Bactérie : le streptocoque

•Très virulent

•Provoque des syndromes inflammatoires périphériques Atteintes :

•Cardiaque : valves mitrales

•Articulaires : RAA

•Cutanées

•Rénales

On traite systématiquement les angines d'origine bactériennes en France.

On ne traite pas celles qui sont d'origine virale :

•Bilatérale

•Fièvre d'un jour : délai de 48 heures avant de traiter par antibiotiques

C - LA SINUSITE :

1) ÉTIOLOGIE :

Le sinus a pour fonction de réchauffer l'air qu'on respire.

L'inflammation de la muqueuse réduit cette circulation, ce qui amplifie l'irritation.

L'inflammation originelle peut provenir d'un mauvais état dentaire : première cause

2) PHYSIOPATHOLOGIE :

La muqueuse s'infecte.

Elle est bourrée de macrophages et de polynucléaires neutrophiles.

Formation de pus qui, ne pouvant s'évacuer, crée une surpression qui provoque des douleurs.

•Maux de tête

•Mouchage : écoulement d'une partie du pus

•Fièvre

3) COMPLICATIONS :

•Méningite

•Abcès cérébraux

•Mastoïdite chez l'enfant

•Septicémie

4) TRAITEMENT :

•Antibiotiques

•Anti-inflammatoires

•Irrigation au sérum phy : suffit dans 50% des cas

D - LA GRIPPE :

Maladie épidémique :

Influenza.

1) SÉMIOLOGIE :

•Fièvre en V

•Catarrhe oculo-nasal

•Myalgies

•Céphalées

•Asthénie : significatif d'une infection virale

•Toux sèche

2) COMPLICATIONS :

Surinfection :

•Sinus

•Bronches

•Poumons : pneumonie

3) TOUCHE SURTOUT :

•Enfants

•Personnes âgées

•Fumeurs

4) TRAITEMENT :

Pas de traitement de la grippe.

On traite les signes :

•Céphalées

• Rhinorrhées

•Vitamines

E - L'OTITE :

Inflammation de la trompe d’Eustache.

Bombement du tympan par surpression : douleur. Parfois, le tympan perce ; sinon, on le perce chirurgicalement.

Drainage, irrigation.

F - LA MÉNINGITE :

1) ÉPIDÉMIOLOGIE :

Infection des méninges.

La porte d'entrée majeure est la porte ORL.

Fait suite à une fragilisation de la muqueuse ORL.

Sujets les plus touchés :

•Enfants

•Alcooliques

•Accidentés avec traumatisme facial : brèche ostéoméningée

•Le SIDA les favorise

2) 50% D'ORIGINE BACTÉRIENNE :

a) Les méningocoques : cocci Gram ­ :

Trois sortes :

•A

•B : existe un vaccin

•C : le plus fréquent en France

Très contagieux : épidémies. Germe extrêmement virulent : 24 heures entre l'inoculation et la mort.

Germe saprophyte chez certains individus.

On meurt surtout de septicémie.

b) Le pneumocoque : streptocoque cocci Gram + :

Très virulent mais ne provoque pas de septicémie.

Vient du poumon, suite à une pneumonie, sauf chez les alcooliques.

c) Listeria :

•Femmes enceintes

•Sujets âgés

•Alcooliques Vient de la vache : lait ou fromage mal pasteurisés.

300 cas par an en France.

Mortalité de 20%.

Taux d'avortement important chez la femme enceinte.

d) Tuberculose :

•Alcooliques

•Sujets âgés

•SIDA

•Sujets non vaccinés BCG

3) 50% D'ORIGINE VIRALE :

a) Virus herpétique :

Seule méningite virale qui tue.

Mais on peut la traiter.

b) Entérovirus :

Origine digestive.

Très tôt chez l'enfant : séquelles.

3) CLINIQUE :

a) Fièvre :

b) Syndrome méningé :

•Céphalées

•Nausées, vomissements

•Raideur du rachis, en particulier de la nuque

•Photophobie

c) Atteinte des fonctions supérieures :

Typiques de l'infection par le virus herpétique

•Troubles de conscience

•Confusion

d) Atteintes neurologiques :

•Paralysie des nerfs crâniens : infection bactérienne non méningococcique

4) LA PONCTION LOMBAIRE :

Prélèvement de liquide céphalo-rachidien :

•Un tube pour l'étude cyto-bactériologique

•Un tube pour l'étude biologique

•Un tube pour l’ana-path

a) Cyto-bactériologie :

Si on trouve des polynucléaires neutrophiles, il s'agit d'une infection bactérienne.

Si on trouve des lymphocytes, virale ou bactérienne.

Moins de 10 unités, pas d'infection.

b) Biochimie :

Une hyperprotéinorachie est significative de la méningite.

c) Ana-Path :

Indique s'il y a une leucémie aiguë : diagnostic différentiel.

Problème tumoral associé.

5) TRAITEMENT :

a) CLAMOXYL :

Aminopénicilline

•Méningocoque

•Pneumocoque

•Listeria

b) ZOVIRAX en IV :

•Virus herpétique

c) CLAFORAN :

Céphalosporine

Pour les enfants, associé à la Vancomycine.

6) COMPLICATIONS :

a) Coma et mort :

5 à 10% de mortalité.

b) Séquelles chez l'enfant :

•Surdité

•Troubles du comportement

•Retard mental

•Développement psychomoteur perturbé 

G - LES OREILLONS :

1) ÉPIDÉMIOLOGIE :

Virus ourlien. Contamination aérienne. Survient entre 6 et 25 ans.

2) COMPLICATIONS :

•Méningite ourlienne

•Orchite chez l'homme (2%)

•Ovarite chez la femme : passe inaperçue

•Pancréatite

3) TRAITEMENT :

Pas de traitement. Vaccination : ROR.  

Les bronches et la trachée :

Les virus sont éliminés par les lymphocytes du sang.

Dans un premier temps, ils ne rencontrent pas de défenses.

Mais quand le système immunitaire des lymphocytes se déclenche, il a la mémoire du virus et agit très rapidement.

Les bactéries sont attaquées immédiatement par les défenses locales : macrophages.

Mais si ceux-ci sont débordés, il n'y a plus de défense.

La toux sèche, d'origine virale, devient rapidement grasse et bactérienne par surinfection.

La toux grasse : permet d'expectorer les mucosités.

LA PNEUMONIE :

1) CLINIQUE :

•Fièvre

•Toux

•Expectoration

•Dyspnée

•Douleurs thoraciques

2) CRITERES DE GRAVITÉ :

•Fréquence respiratoire > 30/min

•Tension artérielle systolique < 10

•Saturation du sang en oxygène <85%

•Fièvre > 39° accompagnée d'une tachycardie

•Tachycardie : pouls > 130

•Âge > 60 ans

•Cyanose

•Troubles de conscience : hypercapnie donnant une hypoxie cérébrale

•Associés à des suées

3) EXAMENS :

*Radio du poumon

*Prélèvement du pus de façon stérile par fibroscopie avec aspiration bronchique

*Ponction transtrachéale qui shunt les voies supérieures

*Lavage broncho-alvéolaire : injection d'un liquide après fibroscopie

*Recherche du

Pneumocystis carinii :

•Examen cyto-bactériologique des crachats (ECBC).

•doit être prélevé sur une toux profonde

•envoyé dans les 20 min au laboratoire bactériologique.

•Hémoculture Mêmes microbes que dans la sphère ORL (voie d'infection).

4) GERMES RESPONSABLES :

a) Le pneumocoque :

Principal agent : le streptocoque.

Inaugurée par une douleur thoracique violente.

24 heures plus tard : dyspnée.

Radiographie : poumon tout blanc. Complications :

•Peut déboucher sur une pleurésie

•Insuffisance respiratoire aiguë : fumeurs et alcooliques

•Septicémie à pneumocoque : méningite, arthrite...

Se traite de façon urgente.

b) Chez l'enfant :

• Hæmophilus

•Pneumocoques

•Staphylocoques : infection respiratoire aiguë, très grave mais pas de séquelles

c) Pneumonie alcoolique :

Suite au passage de vomissures dans les bronches.

• Hæmophilus : septicémies mortelles

• Klebsielles : insuffisance respiratoire aiguë

•Bactéries anaérobies : insuffisance respiratoire aiguë 

Les infections cardiaques :

A - L'ENDOCARDITE :

Le cœur est constitué de trois parois :

•Péricarde

•Myocarde

•Endocarde Le tissu des valves est fibrineux et peu vascularisé.

Pour bien fonctionner, il doit être souple et résistant.

1) PHYSIOPATHOLOGIE :

Le RAA se traduit par une inflammation de cette membrane qui devient fibreuse et rigide.

Le sang, au lieu de glisser, produit des impacts.

Provoque l'installation de microbes dans le tissu des valves.

Peu de défenses immunitaires du fait de la faible vascularisation. Provoque des endocardites lentes ou subaiguës.

2) ÉTIOLOGIE :

Provoqué par des gestes agressifs :

•Soins dentaires

•Endoscopies digestives

•Anesthésies

•Acupuncture

•Touchers vaginaux

3) SÉMIOLOGIE :

À partir de ce geste survient dans les jours qui suivent une fièvre prolongée, d'abord oscillante, puis faisant un plateau à 38 ou 38,5°.

Survenue de frissons et de suées.

À l'auscultation : souffle cardiaque.

4) COMPLICATIONS :

Évolution vers des complications graves :

a) Rupture de valve :

b) Localisation secondaire

•Œil

•Cerveau : abcès cérébral

•Poumon : abcès

•Foie

•Reins : abcès ou insuffisance aiguë

•Peau : abcès cutanés

•Articulations : arthrite

5) EXAMENS :

•Échographie cardiaque : végétations sur la valve

•Hémocultures : au moins 12

•Échographie transœsophagienne

6) TRAITEMENT :

Dure de 30 à 45 jours.

Au moins 15 jours en intraveineux.

Évaluer l'état de la valve après l'endocardite.

Prophylaxie.

B - LA PERICARDITE :

1) PHYSIOPATHOLOGIE :

L'enveloppe du cœur devient inflammatoire.

Production de liquide inflammatoire.

Il existe un espace virtuel entre le péricarde et le myocarde, bien qu'ils soient normalement intimement collés.

En cas d'inflammation : épanchement dans cet espace virtuel.

2) SIGNES :

•Fièvre

•Douleur thoracique rétrosternale

•Frottement péricardique au stéthoscope

•Tachycardie

• ECG : signaux faibles sur toutes les dérivations

•Radio du thorax : cardiomégalie (gros cœur)

•Échographie cardiaque

3) CAUSES :

a) Le plus souvent virales :

> 50%. Tous les virus peuvent provoquer une péricardite.

Traitement :

•Aspirine

•Corticoïdes

b) Péricardites tuberculeuses :

•Patients âgés

•Dégradation de l'état général

c) Tumorale :

d) Bactériennes : pleuropéricardite

•Staphylocoque

•Pneumocoque

4) TRAITEMENT :

Ponction péricardique sous anesthésie locale.

5) COMPLICATIONS :

Tamponnade cardiaque (Insuffisance cardiaque droite) :

•Compression des cavités cardiaques par l'inflammation

•Le cœur a du mal à fonctionner

C - LA MONONUCLEOSE INFECTIEUSE :

Primo-infection par Epstein-Barr Virus (EBV).

Maladie du 1er baiser.

70% de la population a rencontré le virus à 30 ans.

L'expression de la maladie est différente en fonction de l'âge.

1) PHYSIOPATHOLOGIE :

Le virus rentre par les voies respiratoires.

Il se fixe sur le cavum et y provoque une angine.

Il pénètre dans les cellules épithéliales du cavum et circule jusqu'aux ganglions.

Il s'intègre au génome de l'ADN humain.

Il va ressortir et se manifester lors d'un affaiblissement des défenses immunitaires.

Il peut aussi transformer la cellule : cancérisation.

Il se dirige vers le foie pour donner une hépatite virale.

2) SÉMIOLOGIE :

Éruptions cutanées :

•Spontanée

•Provoquée par les ATB

3) COMPLICATIONS A DISTANCE :

•Cancer du cavum : Afrique du Nord

•Lymphome de Burkitt extrêmement sévère qui touche les enfants (multiplication cellulaire non contrôlée, monoclonale) : Afrique subsaharienne (Ouganda).

•Maladie de Hodgkin 90% des lymphomes du SIDA sont des lymphomes à EBV.

a) Dans l'enfance :

•Petite fièvre

•Angine

•Bénin

b) Adulte :

•Grande fièvre

•Angine très douloureuse

•Ganglions partout

•Grosse fatigue

Les infections digestives :

A - L'HÉPATITE VIRALE :

•A : eau contaminez, crustacés

•B : délai de 45 à 60 jours. Contamination sanguine ou sexuelle

•C : 45 à 60 jours avec fièvre et ictère.

Contamination sanguine

•D : se contracte en même temps que la B et de la même façon (virus défectif)

•E : même mode de contamination que le A. N'existe qu'en Inde

•F et G : origine inconnue

• EBV : Epstein-Barr virus

• CMV : cytomégalovirus

•Fièvre jaune : piqûres de moustiques (zones de forêts équatoriales)

•Dengue : moustiques (Antilles, Nouvelle Calédonie, Afrique, Amérique du Sud)

1) SIGNES :

•Fièvre

•Ictère

•Asthénie

2) CLINIQUE :

Transaminases : autour de 10 et jusqu'à 40 fois la normale.

Destruction du foie : complication principale des hépatites virales aiguës.

Insuffisance hépato-cellulaire.

Peut provoquer une encéphalopathie du fait de la non élimination des toxines.

Syndrome hémorragique. peut entraîner la mort : hépatites B, C, Fièvre jaune et Dengue (5 à 10% des cas).

L'hépatite virale aiguë immunise, mais pas contre les autres hépatites.

3) TRAITEMENT :

Seul traitement : la transplantation.

B - INFECTIONS DES VOIES BILIAIRES :

La bile est produite par le foie et stockée dans la vésicule biliaire.

Quand le bol alimentaire arrive, la vésicule déverse la bile dans le duodénum.

Constituée d’enzymes, elle sert à la digestion des aliments.

L'infection des voies biliaires survient lorsqu'il y a une stase de la bile.

Peut survenir dans plusieurs situations :

1) OBSTRUCTION DU CANAL CHOLÉDOQUE :

Se produit à la sortie de la vésicule.

Provoque une cholécystite.

Survient souvent chez les personnes âgées.

Inflammation du canal cholédoque.

Provoque une septicémie.

•Fièvre à 38,5 ou 39°

•Douleurs de l'hypochondre

Traitement ATB.

Puis cholécystectomie : ablation de la vésicule.

2) CAILLOT BLOQUANT LA VOIE BILIAIRE PÉRIPHÉRIQUE :

Angiocholite.

Urgence chirurgicale.

Septicémie rapide.

•Augmentation brutale de température

•Colique hépatique

•Souvent une péritonite associée

C - INFECTIONS DE L'ESTOMAC :

Provoquée par une bactérie microscopique : Helicobacter pylori.

Cause de 90% des ulcères.

Provoque aussi des stomatites.

Traitement par ATB.

D - PANCRÉATITE :

Infection du pancréas.

E - INFECTION DU PETIT COLON :

Provoque en général des diarrhées et des malabsorptions.

F - LES BACTERIES DU TUBE DIGESTIF :

Le tube digestif contient des milliards de bactéries.

Entérobactéries :

• Escherichia coli

•Proteus mirabilis

•Entérocoques : streptocoques du tube digestif

• Enterobacter Germes :

•Les salmonelles ne sont normalement pas présentes

• Klebsielles

•Pyocyanique : Pseudomonas

•Citrobacter

•Anaérobies Une infection digestive est toujours à plusieurs microbes.

L'antibiothérapie est toujours plurielle.

Mais elle ne combat pas les germes multirésistants ; en particulier le Pyocyanique.

Elle est toujours associée à de la chirurgie.

Les ATB perturbent la digestion et provoquent des diarrhées.

Les microbes s'échangent des informations, en particulier de résistance.

On craint que ces informations passent aux streptocoques.

Les infections urogénitales :

A - LES INFECTIONS URINAIRES :

1) PHYSIOPATHOLOGIE :

Proximité immédiate entre le tube digestif et la vessie.

Les germes des infections urinaires viennent de la flore digestive.

Ils remontent par la voie ascendante.

Les infections urinaires sont plus fréquentes chez la femme que chez l'homme (longueur de l’urètre).

La contamination peut également se faire par contiguïté à travers les parois, en cas de fécalome.

Pour cette raison, on fait systématiquement un lavement aux personnes ayant une infection urinaire.

2) FACTEURS FAVORISANTS :

a) Mauvaise éducation hygiénique :

•Essuyage d'arrière en avant chez les femmes

•Non lavage du prépuce chez les hommes

b) Déshydratation :

Provoque une stase des urines qui favorise les infections :

•Femmes jeunes

•Sujets âgés

c) Diabète :

Les microbes aiment le sucre contenu dans les urines.

Les infections urinaires sont généralement ascendantes.

Si on trouve un germe non digestif, il faut faire d'autres recherches :

•Endocardite

3) CLINIQUE :

a) Cystite :

•Brûlures mictionnelles

•Douleurs pelviennes

•Pas de fièvre

b) Pyélonéphrite :

•Brûlure mictionnelle très forte

•Douleurs pelviennes

•Fièvre

•Lombalgies

•Frissons : infection bactérienne (septicémie)

Les urines sont :

•Colorées

•Troubles

•Blanchâtres

•Malodorantes (odeur significative)

4) EXAMENS :

a) ECBU :

•Bacille Gram – : Escherichia coli

•Cocci Gram + : Entérocoques

•Leucocytes +++ b) Bandelette urinaire

•Leucocytes +++

•Nitrites Dans 99% des cas, il s'agit d'une infection urinaire.

c) Hémoculture (3 fois) :

d) Créatininémie :

Pour vérifier une éventuelle insuffisance rénale.

e) Échographie rénale :

Vérification de la présence éventuelle d'un calcul provoquant une stase.

5) TRAITEMENT :

a) CLAMOXYL ou AUGMENTIN :

Règlent la plupart des infections urinaires du sujet jeune.

b) Quinolones :

•OFLOCET

•CIFLOX

c) Céphalosporines :

• CLAFORAN

•ROCÉPHINE

En cas d'infection grave avec septicémie, on associe céphalosporines et aminosides :

•GENTAMICINE

• AMIKLIN

6) EFFETS SECONDAIRES :

a) b-lactamines :

Allergies cutanées.

b) Aminosides :

•Insuffisance rénale

•Surdité

On ne donne des aminosides qu'une fois par jour en perfusion de 30 minutes.

On ne les administre pas aux patients :

•Insuffisants rénaux

•Déshydratés On fait un dosage sanguin d'aminosides avec un pic et une résiduelle

* Plus le pic est élevé, plus on est efficace (1/2 heure ou 1 heure après l'injection)

* Plus la résiduelle est élevée, plus on est toxique (avant l'injection suivante)

Si la résiduelle est trop importante, on espace les injections.

Les aminosides ne doivent pas être administrés plus de 5 jours d'affilée, sauf en cas d'endocardite.

Risque de choc septique.

Réhydrater le patient avec du PLASMION (macromolécules).

Surveiller :

•Chute de la température

•Disparition des signes du choc septique

LES INFECTIONS GENITALES :

1) CHEZ L'HOMME :

a) La balanite :

Mycose et staphylocoques.

Mauvais nettoyage du prépuce.

b) L’urétrite :

Infection de l'urètre par un germe venu de l'extérieur.

C'est une MST provoquée par le gonocoque : blennorragie ou "chaude pisse".

•Brûlure mictionnelle

•Écoulement de pus : goutte matinale

Traitement minute.

Traitement de la partenaire, comme pour toutes les MST.

Complications :

•Obstruction de l’urètre

•Infection de la prostate : prostatite

•Orchite : infection du testicule

•Épididymite : infection de l'épididyme Risque de stérilité.

Balanites à répétition : ablation du prépuce.

c) La prostatite du sujet âgé :

En rapport avec la stase urinaire.

Prostatite à germes digestifs.

2) CHEZ LA FEMME :

a) Étiologie :

Il existe un certain nombre d'infections chroniques non diagnostiquées.

Chez la femme, la principale est la salpingite.

Germes :

•Gonocoque

• Chlamydiæ trachomatis

•Mycoplasme : Ureaplasma urealyticum)

• Gardnerella vaginalis Parasite :

•Trichomonas

b) Clinique :

•Fièvre

•Douleurs pelviennes latéralisées

•Leucorrhées : abondantes, malodorantes, verdâtres

•Dyspareunies Infection douloureuse du cul-de-sac de Douglas : cri du Douglas.

c) Complications :

•Péritonite : risque de septicémie (urgence vitale)

•Stérilité tubaire : fibrose qui inhibe le mouvement des cils

d) Traitement :

•Antibiothérapie à large spectre

•Cœlioscopie

•Injection de corticoïdes dans la trompe Importance de l'éducation de la patiente.

Les infections cutanées :

Deux voies :

•Effractions cutanées : germes se trouvant sur la peau (staphylocoques)

•Voie hématogène. germes présents dans le sang (streptocoques) Deux types d'infections :

•Plaies ou abcès : staphylocoques

•Cellulites (infection des tissus sous-cutanés) : streptocoques (Érysipèle)

a) L'abcès :

Les ATB ne pénètrent pas dans un abcès : pas de circulation de sang à l'intérieur de la coque de l'abcès.

On met des compresses alcoolisées pour faire mûrir l'abcès : collection. Le furoncle est un abcès.

b) L'érysipèle :

Traitement par :

•Pénicilline G : 10 à 18 millions d'UI/j.

• CLAMOXYL : 1 g 4 fois par jour

Complications :

•Septicémie

• Fasciite nécrosante. Infection du cuir chevelu : la teigne.

Les infections ostéo-articulaires :

Deux voies de contamination :

•Effraction cutanée : staphylocoque

•Voie hématogène : streptocoque Bithérapie :

• b-lactamines

•Aminosides

L'essentiel est de sauver l'articulation.

Ostéite : intervention chirurgicale pour vider l'abcès.

Phlegmon des gaines :

•Suite à un panaris, inflammation des gaines des tendons

•Fusée de pus qui suit la gaine

•Risque d'atteinte du tendon

Conclusion :

a) Surveillance d'un patient fébrile :

•Risque d'un choc septique

•Pratiquer une hémoculture

b) Surveillance de l’efficacité du traitement :

c) Surveillance des effets secondaires :

*Antibiothérapie

*Mode de traitement

•Surveillance de la voie d'abord : 30% des infections nosocomiales

•Lieu de traitement : il n'y a qu'à l’hôpital qu'on contracte des maladies nosocomiales

•Matériel utilisé : facteur important d'infection

d) Éducation sanitaire :

Expliquer au patient pourquoi il a développé telle maladie. 

Impression sur fond blanc

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 16453

loading...
loading...

Copyright 2017 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix