Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer

 
Psychologie
La névrose phobique (PHOBIES)
Cours de psychologie
 

Freud parlait d’hystérie d’angoisse, ce qui caractérise la phobie est le mode de déplacement vers l’extérieur (projection) du stimulus phobogène et le développement d’angoisse qui en découle si des moyens de défense efficace ne sont pas mis en œuvre. Le stimulus phobogène déclenche l’anxiété, l’angoisse. Il est précis, lucide, localisable dans l’espace extérieur.

Les moyens de défense ne requièrent pas une élaboration technique délicate qu’il suffit d’éviter. Le phobique met un système concret en place pour éviter la crise.

Les phobies sont des éléments caractéristiques de la crise de phobie mais ce trouble peut se manifester dans d’autres pathologies.

 

Description clinique :

CONDUITE PHOBIQUE :

Peur intense provoquée par un stimulus phobogène.

Il va ressentir l’éminence de sa mort. Parfois cette peur est anticipée, il sait ce qui va déclencher sa crise.

1) 3 éléments caractéristiques :

- facteurs déclenchant : spécifiques, bien connus, redoutés par le patient.

- Réaction du sujet : lorsqu’il se trouve en présence du stimulus pathogène (cf : crise d’angoisse).

Crise anxieuse majeure.

- Les conduites contra phobiques : aménagement que le patient met en place pour lutter contre la phobie.

2) Les thèmes phobiques :

a) Agoraphobies :

Longtemps appelée phobie de situation.

Le stimulus phobogène est une situation donnée.

C’est la peur des grands espaces libres, vides, découvert.

Par extension = peur des espaces lorsqu’il y a foule.

Les patients ont peur de sortir seul et de se trouver confronté au contact de la foule.

- Claustrophobie : peur des espaces clos ou étroits

- Acrophobie : peur des lieux élevés.

b) Phobies sociales :

Peur de parler en public, c’est la peur du contact humain, la peur d’être exposé au regard d’autrui. Anticipation d’être critiqué.

Capable de réagir de manière inadapté, ridicule.

- phobie scolaire : enfant atteint de phobie sociale, ils sont incapables d’aller à l’école, de poursuivre une scolarité normale.

Ce manifeste par une agressivité, des réactions inadaptées.

- Phobie d’impulsion : situation spécifique, agressive, peur d’avoir envie de faire du mal, peur d’avoir envie de ce faire du mal (phobie d’impulsion suicidaire).

Patients phobiques des armes, ont peur de manipuler des armes blanches car peur de les utiliser contre eux.

- Phobie d’impulsion homicide ou hétéro agressive : peur de voir un couteau car peut être envie de la planter dans le ventre d’autrui.

Peur des jeunes mamans qui ne s’occupent pas de leur enfant par peur de le tuer.

c) Phobies spécifiques :

- Nosophobie ou tératophobie : peur d’être atteint d’une maladie incurable.

- Hypochondriaque : crainte irraisonnée mais qui peut être gérée.

- Ereutophobie : peur de rougir dans une situation sociale donnée.

- Phobie des microbes ou de la mal propreté : le patient met en place des façons d’éviter le contact.

- Phobie des animaux (gros ou petits) : dérivent souvent de l’enfance, qui souffrait de terreur nocturne.

LES CONDUITES CONTRAPHOBIQUES :

Toutes les mesures défensives pour éviter les stimulus par mesures concrètes.

1) Les conduites d’évitement :

Ils évitent d’être confrontés à leur phobie.

Pour un agoraphobe, il va dans le métro quand il n’y a pas trop de monde, il ne va pas dans les caves, parking souterrain…

Chaque phobique trouve son moyen d’évitement adapté.

2) Les conduites de réassurance :

Très souvent, c’est le proche qui va être en soi très rassurant.

Ils peuvent affronter leur phobie avec une personne qui le réassure.

C’est le moyen d’être dans un lieu réassurant, un objet réassurant face au stimulus.

Objet qui si on l’a sur soi est réassurant (grigris).

C) Les autres symptômes du phobique :

1) L’inhibition :

= ne pas affronter.

Le patient limite progressivement ses activités.

Ce qui est habituel est rassurant, ce qui est nouveau est porteur potentiellement d’angoisse.

2) La dépression :

L’absurdité de leur réaction face à une situation qui leur fait peur, les faits se renferment sur eux-mêmes.

Ils entrent dans une dépression qui peut les amener au suicide.

3) Les troubles sexuels :

Impuissance ou frigidité renforce la dépression. Danger de destruction avec quelque chose d’angoissant.

Le caractère phobique :

L’ÉTAT CONSTANT D'ALERTE :

Crainte irraisonnée de l’extérieur.

Il a conscience quand tout va bien.

Tout ce qui le concerne est rassurant.

Il veut avoir l’air naturel et il met en place des stratégies.

Son moi et l’extérieur est en conflit.

Attente permanente de quelque chose.

PARTIE PRIS DE FUITE :

Globalement rien ne se passe si pas en situation et il se met en situation de danger, confrontation à une possibilité de crise anxieuse.

Évolution :

Certaines phobies prennent naissance dans l’enfance, on prend conscience qu’il y a problème une fois adulte.

L’évolution peut être lente.

Ce sont les circonstances des troubles qui entraînent la crainte du phobique.

Circonstances où on ne peut pas éviter le stimulus phobogène et qui peut entraîner des limites, ce qui peut entraîner une dépression.

Approche dédramatisante de la peur phobique par prise de conscience.

Le phobique conscient définit sa phobie et admet l’approche thérapeutique.

Certains troubles phobiques à évolution rapide entraînent une intrication avec la névrose obsessionnelle, obsession du trouble phobique.

Diagnostic :

DIAGNOSTIC POSITIF :

Identifier un stimulus phobogène et des conduites contraphobiques.

DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL :

- différencier troubles anxieux (pas de facteurs déclenchant) et état phobique (facteurs déclenchant)

- avec l’hystérie de conversion lorsque le trouble conversif est déclenché dans une situation donnée.

- Avec la mélancolie (état dépressif majeur) : situation phobique qui font que les craintes exagérées de vouloir tuer, ne seront apaiser que par le fait de mourir.

Traitement :

LE TRAITEMENT SYMPTOMATIQUE :

Essayer de traiter la crise d’angoisse : anxiolytique.

Traitement d’un état dépressif : anti-dépresseurs, mais il ne faut pas négliger la dimension phobique.

Pour éliminer leur angoisse, ils font usage d’alcool et d’autres produits.

LE TRAITEMENT DE FOND :

Traitement psychothérapeutique : thérapie pour confirmer le traitement de fond.

Thérapie comportementale : graduation de ce qui est absolument impossible jusqu’à ce qui est possible.

Impression sur fond blanc

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 21394

Copyright 2014 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix