Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer

fr_badge_google_play.png

 
Neurologie
Tremblement
Cours de Neurologie
 
Le diagnostic étiologique d’un tremblement est avant tout clinique. La classification des tremblements et l’enquête étiologique reposent d’abord sur l’analyse des conditions d’activation musculaire faisant apparaître le tremblement. La principale distinction s’opère entre tremblement de repos et tremblement d’action (postural ou cinétique).
 

DIAGNOSTIC :

Le diagnostic d'un tremblement repose avant tout sur l' examen clinique.

Les examens électrophysiologiques ne sont pas indispensables mais permettent de préciser certains paramètres du tremblement.

Les caractères élémentaires du tremblement doivent être analysés.

Siège :

Le tremblement peut intéresser un ou plusieurs membres, la tête, la mâchoire.

Au niveau d'un membre, il peut prédominer en distalité ou en proximalité.

Conditions de survenue :

Tremblement de repos

Le tremblement de repos se manifeste au repos, lorsque les muscles sont relâchés :

- pour les membres supérieurs, il doit être recherché en position assise, les bras reposant sur un accoudoir.

- pour les membres inférieurs, il doit être recherché en décubitus dorsal ou en position assise, lorsque le sujet croise les jambes d'un côté, le pied dégagé du sol.

Il peut se majorer lors du calcul mental.

Tremblement d'attitude

Le tremblement d'attitude (appelé aussi “ postural ”) apparaît dans le maintien actif d'une attitude fixée.

On l'observe, par exemple, aux membres supérieurs, lorsque le sujet maintient la position du serment ou ses index dans la position du “ bretteur ”.

Tremblement d'action

Le tremblement d'action ou cinétique apparaît lors de l'exécution d'un mouvement volontaire, par exemple, porter un verre rempli d'eau à la bouche.

Lorsqu'il s'intensifie ou n'apparaît qu'en fin de mouvement, on parle de composante intentionnelle.

Exceptionnellement, le tremblement peut survenir exclusivement lors de l'exécution d'une tâche motrice spécifique comme, par exemple, l'écriture (tremblement primaire de l'écriture).

Fréquence :

Les enregistrements électrophysiologiques (électromyographie, accélérométrie et analyse spectrale) permettent de calculer avec précision la fréquence du tremblement (cycle par seconde ou hertz).

Amplitude :

L'amplitude se mesure à l'importance du déplacement de l'extrémité du membre. Elle peut varier d'une position à l'autre. L'accélérométrie en donne une bonne appréciation.

Un tremblement distal reste d'amplitude faible alors qu'un tremblement proximal entraîne des oscillations amples.

Ces caractéristiques sémiologiques, complétées par l'examen neurologique (à la recherche de signes parkinsoniens, cérébelleux) et par l'interrogatoire (âge de début, mode de début, notion de traumatisme, antécédents familiaux), permettent généralement d'intégrer le tremblement dans l'un de ses cadres nosologiques.

Les examens neuroradiologiques (TDM, IRM) sont rarement utiles au diagnostic étiologique. Parfois, ils révèlent une lésion responsable du tremblement telle qu'une séquelle traumatique, une plaque de démyélinisation, une tumeur qui siègent tantôt dans le thalamus, tantôt dans le cervelet ou le tronc cérébral. Ce sont là des causes très rares. Le plus souvent, l'imagerie est normale et donc peu contributive.

Étiologie

TREMBLEMENT PHYSIOLOGIQUE EXACERBÉ :

Le tremblement physiologique, de haute fréquence (8 à 12 Hz) est normalement asymptomatique.

- Il peut être exagéré dans toute situation augmentant le tonus sympathique (anxiété, hypoglycémie, sevrage alcoolique, dysthyroïdie) et devient alors gênant.

- Les patients atteints de tremblement peuvent bénéficier, de manière ponctuelle, de la prescription de bêta-bloquants non sélectifs tels que le propanolol.

TREMBLEMENT ESSENTIEL :