Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer

 
Médecine légale
Généralités dur les intoxications
Cours de Médecine Légale
 


 

Définition :

Une intoxication est l'ensemble des troubles engendrés par l'introduction dans l'organisme d'un produit à dose toxique.

Cette notion de dose toxique doit être obligatoirement présente dans la définition.

En effet il n'y a que des différences quantitatives entre un poison, un médicament, voire un aliment.

Il faut également distinguer l'intoxication de l'intolérance, qui elle, est un accident non proportionnelle à l'individu.

 

 

 

 

 

 

 

Circonstances des intoxications :

1- LES INTOXICATIONS VOLONTAIRES :

·Intoxication aiguës ou suicides :

C'est le mode de suicide le plus fréquent, réalisé le plus souvent par des femmes.

Car elles préfèrent la mort douce.

Les toxiques utilisés sont le plus souvent des médicaments, parfois en association.

L'oxyde de carbone reste toujours très employé et souvent associé à des médicaments ou à l'alcool.

· Intoxication volontaires chroniques :

Ce sont les intoxications qui engendrent une accoutumance :

Tabagisme

Alcoolisme

Toxicomanies : drogues dures ou douces.

2- LES INTOXICATIONS ACCIDENTELLES :

· Absorption de produits toxiques :

par méprise :

L'inattention et la négligence sont le plus souvent responsable.

Par les aliments empoisonnés : certaines intoxications collectives sont catastrophiques.

Chez les enfants : ce mode d'intoxication est très fréquent, surtout chez les enfants en bas age.

Les toxiques en cause sont très variés, médicaments, produits d'entretien, pesticides...

· Intoxications alimentaires :

- Aliments variés

- Champignons vénéneux et plantes toxiques.

·Piqûres et morsures de venimeuses :

Serpents

Insectes

Animaux marins

3- LES INTOXICATIONS PROFESSIONNELLES :

elles sont le plus souvent prévenues et détectées par le médecin du travail.

L'intoxication sur les lieux du travail peut évoluer sur le mode aigu ou chronique.

Les toxiques le plus souvent en cause sont les gaz et les vapeurs toxiques, dans ces cas là, l'absorption est percutanée pulmonaire et digestive.

4- LES INTOXICATIONS CRIMINELLES :

l'empoisonnement homicide a été pratiqué avec prédilection pendant la rensissance, au XVII rime siècle.

Il semble qu'il soit moins fréquent de nos jours.

Cependant il existe toujours et tout malade devra exploré soigneusement.

5- LES INTOXICATIONS DE GUERRE :

les gaz de combat ont été utilisés dès la première guerre mondiale.

De nouveaux toxiques sont à l'étude à l'heure actuelle et sont bien plus redoutables.

Les toxiques :

Ils sont innombrables, on distingue :

1. les médicaments

2. les produits agricoles.

3. les produits ménagers

4. les produits industriels

5. parmis les toxiques on distingue les purs dits de base et les produits

Métabolisme des toxiques :

1- ABSORPTION :

Voie digestive : c'est la plus fréquente.

La stagnation digestive des comprimés permet des évacuations efficaces même de nombreuses heures après l'ingestion.

Elle est

souvent suivie de nausées et de vomissement.

Ce sont les moyens de défense de l'organisme.

Voie pulmonaire : c'est la plus fréquente des voies d'intoxications professionnelles.

Voie percutanée :

Elle est souvent négligée.

Alors qu'elle peut être importante au cours des intoxications par insecticides organo-phosphorés.

Voie rectale : suppositoires

Voie parentérale : lors des intoxications thérapeutiques accidentelles lors des toxicomanies

Voie nasale : cocaïne

Voie vaginale : au cours des tentatives d'avortement (permanganate de potassium)

Voie conjonctivale : bombes lacrymogènes, certains pesticides organophosphorés

2RÉPARTITION ET FIXATION :

Le plus souvent le toxique est véhiculés par le sang.

Puis il se répand dans les tissus et se fixe fréquentiellement sur certains en fonction de sa nature.

Exemples :

Stupéfiants et hypnotique -> SNC

Digitaline, hymonaleptique -> Cœur

Benzène -> Moelle osseuse

Organophosphoré -> Synapses

Erc

3TRANSFORMATION :

Le foie est l'organe essentiel président à cette transformation.

Le catabolisme d'un toxique

donne généralement naissance à des catabolites moins toxiques que le produit de départ.

Mais parfois l'effet contraire est observé, c'est le du méthanol et de l'éthylène glycol dont les produits d'oxydation sont responsables d'effet toxiques graves

4ÉLIMINATION :

Par les urines : certains barbiturique, tranquillisant, sels métalliques.

- Par la bile : poisons métalliques.

- Par la salive : plomb et mercure.

- Par la respiration : oxyde de carbone, alcool éthylique, solvant

- Par les phanères : arsenic

Il est important de connaître le mode d'élimination du toxique.

Car cela nous permet de le rechercher

Mode d'action du toxique :

On distingue schématiquement :

1- LES POISONS NÉCROSANT :

qui provoquent une destruction protoplasmique.

Il y a brûlure chimique et nécrose cellulaire.

Ex : acides et bases fortes, oxydants, aesenic, chlorure de mercure

2- LES POISONS CYTOTOXIQUESl :

Ces poisons agissent sur certains éléments des cellules aboutissant à une cytolyse et à une mort cellulaire.

Cependant une détoxication rapide peut permettre une guérison car la cellule garde des structures intactes permettant une récupération des tissus.

Ex : arsenic amanite phalloïde.

3- LES POISONS FONCTIONNELS :

Qui n'altèrent pas les structures cellulaires comme les précédents mais bloquent certaines fonctions indispensables à la vie de la cellule.

L'élimination rapide du toxique laisse un tissu normal.

Ex : Gardenal*.

Pour ces poisons, il n'est plus possible de parler de dose létale car une intoxication massives dont les troubles sont corrigés précocement évolue vers la guérison.

Alors q'une intoxication mineure, sans thérapeutique peut entraîner la mort. 

Symptomatologie des intoxications :

Il s'agit d'une question très vaste. Seule l'énumération des grands syndromes rencontrés sera évoquée.

1- Syndrome digestif :

Nausées, vomissement, douleurs abdominales, diarrhées.

C'est un syndrome très fréquemment observé avec plus ou moins d'intensité.

Exemple : la plupart des produits ingérés, caustiques, aliments.

2- Syndromes respiratoire :

Du à l'inhalation d'un produit caustique, toux, oppression, dyspnée, suffocation, cyanose, OAP.

Exemple gaz caustique, essence.

3- Syndromes rénal toxique :

Atteinte tubulaire avec oligurie, hématurie, hyperazotémie, néphrite le plus souvent sèche, c'est à dire sans oedèmes.

Exemple : mercure.

4- Syndromes hépatique :

Ictère avec tous les stades de gravité.

Insuffisance hépatique aiguë, coma hépatique.

Exemple : phosphore, phalloïde.

5- Syndromes d'hépatonéphrite :

Associant les deux syndromes précédents.

6- Syndromes polynévritique :

Revêt le plus souvent la forme sensitivomotrice bilatérale symétrique.

Exemple : plomb, arsenic, alcool.

7- Syndromes Hémopathies toxiques :

Les atteintes du sang et des organes hématopoïétiques sont fréquemment observées après contact avec des toxiques industriels.

Exemple : plomb Benzène. 

Principes du traitement :

1- Éliminer et neutraliser le toxique ( vomissement provoqués, lavage gastrique ).

 

Diurèse provoquée dont le pH sera réglé en fonction du toxique à éliminer.

 

Ex : Diurèse osmotique alcaline pour les barbituriques et l'aspirine.

 

Diurèse osmotique neutre pour les thymoanaleptiques.

 

Épuration toxique extra-rénale : exsanguino transfusion, dialyse péritonéale, hémodialyse

2- Donner des antidotes : Il sont peut nombreux :

* Contrathion qui régénère les cholinestérases inhibées par les organo-phosphorés

* La Nalorphine qui combat la dépression respiratoire provoquée par les opiacés.

* L'oxygène au cours de l'intoxication au monoxyde de carbone.

* B A L ( British Anti-Lewisite ) qui chélate le mercure et l'arsenic.

* EDTA Calcique qui chélate le plomb

* Penicillamine qui chélate le plomb

3- Effectuer un traitement symptomatiques

* Réanimation respiratoire et cardiaque.

* Correction du collapsus.

* Traitement du choc

*Rééquilibration hydrélectrolytique

* Nursing

4- Enfin tout suicidant doit être confié à un psychiatre.

Impression sur fond blanc

Que pensez-vous de cet article ?

  Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 9402

Copyright 2014 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix