Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer

 
Neurologie
Céphalées essentielles bénignes non migraineuses
Cours de Neurologie
 

 

Céphalées de tension :

Les céphalées de tension (CT) représentent, avec la migraine, les formes les plus fréquentes des céphalées essentielles bénignes.

Le terme anglo-saxon tension type headache proposé par l’IHS fait référence à la tension psychologique qui les sous-tend souvent et à la tension des masses musculaires qui les accompagnent.

La classification de l’IHS distingue deux formes de céphalées tensives, épisodiques (CTE) ou chroniques (CTC), avec et sans facteurs musculaires pour chacune des deux formes, ceci dans le but de stimuler la recherche dans ce domaine.

A - ÉPIDÉMIOLOGIE :

Dans les études anciennes, la prévalence des CT dans la population générale aux États-Unis et en Europe occidentale est estimée entre 30 et 80 %.

En Afrique, elle est estimée à 42 % au Nigeria et à 10 % au Zimbabwe.

Dans la population immigrée de Jérusalem, elle est de 65 % chez les hommes et de 66 % chez les femmes. Ces variations sont liées à des critères de définition et des méthodologies non homogènes.

Dans une étude danoise récente utilisant les critères de l’IHS et portant sur 740 personnes (353 femmes, 387 hommes) représentatives de la population, âgées de 25 à 64 ans, la prévalence globale des CT a été estimée à 74 %, avec 71 % pour les formes épisodiques et 3 % pour les formes chroniques (plus de 180 jours/an).

Dans le groupe de patients avec CT, 59 % ont, au maximum, un jour de CT par mois et 37 % ont plusieurs jours de CT par mois.

Le nombre de jours moyen par mois de céphalées dans les formes épisodiques est de 6 jours, avec des extrêmes de 2 à 12 jours, et la durée moyenne des céphalées est de 12 heures avec des extrêmes de 30 minutes à 72 heures.

Pour les formes chroniques, le nombre de jours de céphalées par mois est compris entre 15 et 20.

L’âge moyen des patients est plus élevé pour la CTC que pour la CTE.

Comme pour la migraine, la prévalence des CT diminue avec l’âge.

Dans les différentes études, la femme semble légèrement plus touchée par les CT que l’homme, avec une prévalence comprise entre 16 à 88 % pour la femme et 9 à 69% pour l’homme.

Dans les formes chroniques, elle est respectivement de 5 et 2 %. L’association CT et migraine est très fréquente, et l’on parle alors de céphalées mixtes.

Dans ce groupe, l’intensité et la fréquence des CT sont plus élevées que dans celui des CT isolées ; c’est pourquoi le nombre de patients consultant un médecin pour la CT est beaucoup plus élevé en cas de céphalée mixte que lorsque la CT est isolée.

Dans ce dernier cas, seulement 16 % des patients consultent un médecin généraliste et 4 % un spécialiste.

B - SYMPTOMATOLOGIE CLINIQUE :

Les caractères propres des céphalées et leur évolutivité, obtenus par l’interrogatoire, permettent souvent d’orienter le diagnostic.

L’IHS définit les CT comme des céphalées souvent bilatérales, à type de pression, d’intensité légère à modérée, non accentuées par l’activité physique, et rarement accompagnées de symptômes tels que nausées, phonophobie ou photophobie.

1- Siège de la douleur :

La céphalée est souvent diffuse, en « casque ».

Quand elle est localisée, elle est bilatérale dans 90 % des cas.