Rechercher dans le site  |   Devenir membre
      Accueil       |      Forum     |    Livre D'or      |     Newsletter      |      Contactez-nous    |                                                                                                          Envoyer par mail  |   Imprimer








loading...

 
Médecine légale
Brûlures électriques
Cours de Médecine Légale
 


 

Généralités :

1- DÉFINITION :

Le terme d'électrocution s'applique aux accidents d'origine électrique qui entraînent la mort immédiate par détresse respiratoire.

Les accidents se produisent à une différente selon les catégories, professionnelles ou non.

* Chez les professionnel de l'électricité les accidents sont relativement rares.

* Dans les autres catégories professionnelles industrielle ou agricole, 4% des accidents mortels sont d'origine électrique.

* Les électrocutions domestiques et celles dites de bricolage a la maison, représentent la moitié des morts par électrocution.

* Les autres accidents (foudroiement, contact accidentel ou par imprudence avec un conducteur aérien ou terrestre) sont plus rares mais très grave.

loading...

2- PHYSIOLOGIE :

les accidents dus à l'électricité sont caractérisée par :

* Leurs signes généraux, l'asphyxie et l'inhibition avec prévalence des réactions cardiaques.

* Leurs signes locaux, qui sont les brûlures.

Le syndrome biologique déterminé par le passage des courants dans l'organisme est avant tout fonction de la nature de ces courants, du mode et des conditions électrocution.

Il existe deux typesde courants ; le courant continu et le courant alternatif.

La nature de ces courants intervient dans les accidents ; un courant continu est 4 fois moins dangereux qu'un courant alternatif, provoquant des polarisations qui s'opposent à son passage.

Un courant alternatif est dangereux entre 30 et 150 périodes comme détermination des fibrillations ventriculaires si le coeur se trouve sur le trajet du courant.

Le corps humain présente une résistance électrique interne très faible de l'ordre de 500 ohms.

La résistance de la peau est plus élevée , elle dépend essentiellement :

* de la surface de contact avec la force électrique ( inversement proportionnelle )

* de l'eau du revêtement cutané ( peau sèche, humide-peau fine , calleuse )

* de la durée du passage (la résistance diminue avec le temps )

La sortie du courant peut se faire en un point quelconque du corps.

Les effets du courant dépendent également de son intensité :

* Le seuil d'excitabilité motrice est de 10 mA. avec le courant alternatif ; il peut se produire une tétanisation des muscles respiratoires ( asphyxie) ou une fibrillation ventriculaire.

De 50mA à 3 A les effets de brûlure sont dominants ; la carbonisation constituée crée un véritable isolant au passage du courant

La nature des symptômes dépend du trajet du courant et des organes traversés, le passage entre les deux membres supérieurs est très dangereux (fibrillation ventriculaire) avec le courant domestique.

Aspect cliniques :

1- SIGNES LOCAUX :

ce sont les marques électriques , soit par contact direct , soit à distance par coup d'arc. Ces marques se retrouvent au point d'entrée et au point de sortie en général les pieds qui sont au sol. Les marques électriques sont particulières :

*  Elles sont souvent complètement indolores au point de passer inaperçues de la victime

*Elles sont nettement délimitées, comme à l'emporte pièce.

*Elles sont immédiatement escarotiques, momifiées.

* Leurs couleur est gris ardoisées avec un liseré blanchâtre et une réaction phlycténulaire à la périphérie pour les brûlures superficielles.

Brunâtres, sèches, parcheminées pour les profondes avec mortification sous-jacente des tendons, des muscles, des os

* Elles sont constamment aseptique, ne manifestant aucune tendance à la suppuration.

* L'évolution se fait vers l'élimination des tissus mortifiés en profondeur ou en étendue, si bien qu'il n'est pas possible le premier jour de juger l'importance des dégâts.

Le sillon d'élimination très net apparaît au bout d'une quinzaine de jours, les bords de l'escarre se relèvent à la périphérie et l'on voit apparaître des bourgeons très vascularisés qui comblent l'ulcération provoquée par la chute de l'escarre.

- Si la marque est superficielle, la cicatrice sera souple, rosée, mobile.

- Si la marque est profonde ; la cicatrisation est lente avec élimination des substances musculaires, tendineuses voire osseuses, parfois l'amputation des parties nécrosées est nécessaire, la cicatrice est scléreuse, rétractile, adhérente.

Au niveau du crâne, la gravité est particulière ( scalp électrique pouvant aller à la perforation ).

2- SIGNES GÉNÉRAUX :

a) détresse respiratoire : constitue immédiat, essentiel de électrocution que l'origine soit cardiaque ou ventilatoire (sidération des centres-tétanisation des muscles ventilatoire), l'aboutissement est un tableau d'hypoxie hypercapnique avec ses conséquences cellulaires et métaboliques.

b) Perte de conscience : peut être conséquence de l'hypoxie ou survenir indépendamment d'elle.

Elle expose aux accidents classiques chez les malades inconscients :

- obstruction des voies aériennes par chute de la langue

- inhalation du contenu gastrique

- coma dépassé suite à une réanimation tardive ou inefficace

e) Lésions traumatiques : provoquées soit au moment du passage du courant à cause de la violence des contractions musculaires ( lésions rachidiennes) soit en raison de la chute provoquée lors de la décharge.

Le traumatisme doit être systématiquement recherché chez le vivant et chez le cadavre.

d) Traumatismes oculaires et auditifs : dus à un effet d'arc entre deux conducteurs.

e) Accidents rénaux : insuffisance rénale par inefficacité circulatoire prolongée ou par myoglobinurie.

3- SÉQUELLES :

cardio-vasculaires et rénales (troubles du rythme bénins)

si l'insuffisance rénale est traitée à temps la guérison est sans séquelles

- séquelles neurologiques, sensorielles, psychiques.

Sur le cadavre les particularités des marques électriques font que leur constatation sur le cadavre trouvé près d'une installation électrique suffit à affirmer le diagnostic électrocution.

Cesmarques peuvent être ou même absentes avec des courants de basse tension dans ce cas on retrouve à l'autopsie des lésions asphyxies, de tétanisation des muscles squelettiques (muscles respiratoires).

Impression sur fond blanc

Que pensez-vous de cet article ?

 Envoyer par mail Envoyer cette page à un ami  Imprimer Imprimer cette page

Nombre d'affichage de la page 7130







loading...
loading...

Copyright 2017 © Medix.free.fr - Encyclopédie médicale Medix